Incurable Marine : nous ne luttons pas contre l’islam qui est une religion !!!

Marine est décidément incurable sur l’islam et le Grand remplacement.

Quelle conne, non mais quelle conne !

Elle ne sait pas ce qu’est le Grand remplacement ? Tu dis ça à un cheval de bois, il te donne un coup de pied.

Ce n’est pas parce qu’elle est face à des crétins de journaleux hostiles qu’elle est obligée de jouer à la bécasse.

Elle n’a jamais entendu parler du Grande remplacement, vraiment ?

Et celle-là :

Cet homme ne vaut pas mieux que Daesch.

Elle n’est pas obligée de dire et d’écrire ce que nous avons expliqué sur les différences entre Merah et Tarrant :

http://resistancerepublicaine.eu/2019/03/16/on-ne-peut-pas-renvoyer-dos-a-dos-brenton-tarrant-et-mohamed-merah/

Mais elle n’est pas obligée de renvoyer dos-à-dos un assassin occidental avec des bêtes abominables qui font brûler vif dans une cage des êtres humains, qui enterrent vivants des enfants, qui entraînent des gosses de 5 ans à décapiter des hommes…

Il y a une limite à l’amalgame !

Et la meilleure pour la fin :

Nous ne luttons pas contre l’islam qui est une religion.

Non seulement l’islam n’est pas qu’une religion mais un système totalitaire qui interdit toute liberté, mais en sus, la Constitution protège les religions sous réserve qu’il n’y ait pas de trouble à l’ordre public.

Or, à cause de l’islam, du trouble à l’ordre public, il y a en a, il n’y a que cela.

Marine Le Pen serait-elle incapable de lutter contre le cannibalisme si c’était une religion ?

Elle ne peut pas ne pas savoir ce qu’est l’islam. Elle sait que cela préoccupe la majorité de ses électeurs et de ses militants, mais le RN a décidé de ne pas lutter contre. Quel message pour tous ceux qui, terrifiés, attendent le sauveur  et ont cru un moment qu’elle pourrait être celui-là…

Évidemment, cette imbécile patentée oppose à l’islam le fondamentalisme islamique. Tous ceux qui me lisent savent que les sources du fondamentalisme islamique sont dans le Coran et dans les haddiths de Mahomet, mais Marine, elle, pense encore qu’il y a deux Corans, deux islam ? Gourdasse ! Et le pire est qu’elle le pense, elle le croit.

Nous avions dîné avec elle et Louis Aliot, Pierre et moi, il y a 7 ou 8 ans, engueulade mémorable : nous étions 3 contre elle (et oui, Aliot était de notre avis) qui affirmait qu’il fallait respecter les croyances, les religions, que l’islam c’était comme le christianisme… qu’il fallait juste exiger que soient respectées les lois sur la laïcité, interdire le financement des mosquées etc.

8 ans après, elle est toujours aussi ignorante, toujours aussi sotte. Toujours incapable de reconnaître (de voir ? elle vit où ? ) les horreurs islamiques qui modifient notre pays, notre mode de vie, notre liberté et mettent en danger plus particulièrement les femmes. Incurable.

https://embedftv-a.akamaihd.net/9fc9d95dcb2d7bdf3433761d238d1924

Bon, faute de grives… On sera quand même obligés de voter pour elle ou pour NDA aux européennes, on ne va pas laisser le champ libre aux mondialistes et européistes Macron et LR qui, en sus, ne sont même pas laïques, ce que sont Marine et NDA. On ne va pas non plus voter pour Asselineau qui rêve d’une Europe faisant entrer le Maghreb dans ses frontières…

Christine Tasin

Trop d’additifs et pas assez de poisson dans les poissons panés, dénonce la CLCV…

poissons-panes

L’association de consommateurs CLCV s’attaque aux poissons panés. Ces produits contiennent trop d’additifs, d’arômes et de sucres ajoutés, la quantité de poisson est parfois insuffisante et l’information sur l’étiquetage reste encore incomplète, dénonce l’étude publiée ce jeudi.

La CLCV a analysé 42 produits panés à base de poisson (panés classiques, panés façon meunière, croquettes, nuggets, « fish and chips ») provenant de marques de distributeurs et de marques nationales, aussi bien en rayon frais que surgelé. « Nous avons notamment observé des différences de quantité de poisson entre les produits, une qualité nutritionnelle inégale ainsi que la présence de trop nombreux additifs et arômes », a résumé l’association de consommateurs.

Ainsi, 52 % des produits de l’échantillon contiennent des additifs comme des amidons modifiés (maïs, blé, etc.), des régulateurs d’acidité, des conservateurs ou encore des antioxydants. Aussi, 38 % des produits sont composés de sucres ajoutés (sucre, dextrose, maltodextrine), tandis que 21 % des poissons panés qui font l’objet de l’étude contiennent des arômes. « Ce sont surtout les produits qui mettent en avant le côté aromatique du plat : les filets façon meunière, les croquettes aux fines herbes », relève l’étude.

Origine du poisson et méthode de pêche

Concernant l’étiquetage​, la CLCV regrette une information « rare » quand il s’agit de connaître l’origine du poisson et la méthode de pêche utilisée. Selon l’étude, « l’origine géographique du poisson est inconnue dans deux tiers des produits étudiés et près de 90 % des panés n’indiquent pas la méthode de pêche ».

« Lorsque nous utilisons de la chair hachée, nous le faisons en optant pour une chair de très bonne qualité, à base de filets uniquement, provenant de poissons issus d’une pêche responsable, labellisée MSC, se défend Findus, dans un communiqué transmis à l’AFP. Il faut également rappeler que 100 % de nos poissons panés sont sans colorant, sans conservateur et sans huile de palme ».

Seulement 35 % de poisson dans certains produits

La CLCV a également observé que des produits proposés aux consommateurs contenaient en fait « très peu de poisson ». Le pourcentage de poisson variait dans l’ensemble de l’échantillon de 35 % à 80 % dans la recette avec en moyenne 63,2 % de poisson dans la recette mise en œuvre dans le produit.

C’est mieux qu’il y a deux ans, note toutefois l’étude. Dans une enquête publiée en 2016 sur les plats cuisinés à base de poisson, ce chiffre s’élevait à 56,6 %. En revanche, les produits pour enfants contiennent « en moyenne moins de poisson » (59 %) que ceux qui ne sont pas ciblés pour cette catégorie de consommateurs (65 %).

«Game of Thrones»: Emilia Clarke a subi deux hémorragies cérébrales sur le tournage des premières saisons

emilia-clarke games of thrônes

Emilia Clarke a survécu à deux hémorragies cérébrales sur le tournage de « Game of Thrones ». L’actrice britannique s’est confiée sur ces deux épisodes dans d’un long récit publié par le magazine américain The New Yorker.

Le 11 février 2011, après la fin du tournage de la première saison, l’interprète de Daenerys Targaryen fait une rupture d’anévrisme et est hospitalisée en urgence. « Le diagnostic fut rapide et de mauvais augure : une hémorragie méningée, un type mortel d’AVC, se souvient-elle. J’avais 24 ans. »

« Au plus bas, j’ai voulu en finir »

Une opération la sauve mais elle se réveille avec d’intenses douleurs et une aphasie, un trouble du langage. « Des mots sans queue ni tête sortaient de ma bouche. Au plus bas, j’ai voulu en finir. J’ai demandé à l’équipe médicale de me laisser mourir », raconte-t-elle. « Mon travail – le rêve de ma vie pour toujours – était axé sur le langage, la communication. Sans ça, j’étais perdue. »

L’aphasie disparaît en quelques jours et Emilia Clarke sort de l’hôpital au bout d’un mois. Elle reprend le chemin des plateaux de tournage pour la saison 2, se gavant de morphine pour lutter contre la douleur et une intense fatigue. « La saison 2 a été la pire pour moi », résume-t-elle. « Pour être très honnête, je pensais chaque minute que j’allais mourir. »

Aussi combative que son personnage

Lors de son opération, les médecins avaient d’ailleurs détecté un autre « petit anévrisme » qui nécessitait une surveillance régulière. En 2013, alors qu’elle vient de terminer une pièce de théâtre à New York, la comédienne passe un énième scanner cérébral : l’anévrisme a doublé de volume et doit être opéré.

L’opération, pourtant simple, échoue et nécessite une chirurgie d’urgence avec trépanation. Fidèle à son personnage de femme forte, Emilie Clarke s’est remise sur pied et se dit aujourd’hui « guérie au-delà de tous [ses] espoirs ». Elle s’est même investie dans une association qui aide les survivants d’accidents cérébraux ayant besoin de traitements.

Le maire du Havre démissionne après la diffusion de photos de lui nu

maire du havre luc lemonnier

« J’ai décidé de présenter ma démission de mes fonctions et mandats à la ville du Havre et à la communauté urbaine. Cette décision, mûrement réfléchie, s’est imposée à moi en raison de la nécessité de protéger ma famille et mes proches », a annoncé le maire du Havre dans un communiqué.

Luc Lemonnier, 50 ans et père de quatre enfants, avait remplacé en mai 2017 l’actuel Premier ministre Edouard Philippe, dont il est proche, à la tête de la ville portuaire de plus de 170.000 habitants. Interrogé par l’AFP, Matignon n’a pas souhaité faire de commentaire.

Le Premier ministre a reçu ces photos compromettantes

En juin 2018, il avait déposé plainte pour diffamation et diffusion de photos de lui nu à des conseillers municipaux ainsi qu’à Edouard Philippe. Selon son avocat, Me Christian Saint-Palais, cette plainte a été classée sans suite et la personne à l’origine des faits a écopé d’un rappel à la loi. « Des conseillers municipaux ont été destinataires d’une photo du maire nu accompagné d’un texte qui prêtait au maire des comportements qu’il dément », a expliqué Me Saint-Palais. Le parquet du Havre s’est refusé à tout commentaire sur cette affaire.

Interrogée mardi par France Bleu Normandie, la femme qui avait envoyé ces photos a assuré avoir voulu, par son geste, dénoncer les clichés envoyés par le maire lui-même deux années auparavant.
« J’avais l’impression d’être seule, que personne ne voulait m’entendre et pour moi, ça a été un viol en fait », a-t-elle affirmé au micro de la radio, souhaitant garder l’anonymat. « Ça a été compliqué, j’ai fait une tentative de suicide. Je suis mariée depuis plus de 20 ans, j’ai des enfants, je suis épanouie dans ma vie de couple, je n’étais pas du tout dans un jeu de séduction », explique-t-elle, ajoutant avoir voulu porter plainte mais que cela avait été « compliqué ».

La ville du Havre, un enjeu symbolique pour les prochaines municipales

Luc Lemonnier « a été choqué et blessé par cette interview. La présentation qui en est faite ne correspond pas à la réalité des faits. Les mots utilisés l’ont blessé et choqué », avait réagi Me Saint-Palais. Dans un communiqué mercredi, le maire avait démenti « catégoriquement les comportements qui lui sont prêtés ». « Les échanges de messages auxquels il a pu participer sont intervenus dans le cadre de communications virtuelles exclusives de toute contrainte et entre adultes consentants », assurait-il.

L’affaire était suivie de près ces derniers jours à Matignon, où la démission du successeur d’Edouard Philippe suscite des interrogations en vue des municipales de 2020, la ville du Havre étant un enjeu symbolique pour la majorité.

Australie: Un poisson-lune géant de 1,8 mètre s’est échoué sur une plage

poisson lune

Un poisson-lune de 1,8 mètres a été découvert sur une plage, près du fleuve Murray, en Australie, le 16 mars 2019. — Handout / Courtesy of Linette Grzelak / AFP

Il s’agit du poisson osseux le plus lourd existant sur Terre. Un poisson-lune de 1,8 mètre, qui pourrait peser près de 2,5 tonnes, s’est échoué, ce week-end, sur une plage australienne à l’embouchure du fleuve Murray, au sud de l’Australie.

Cette espèce de poisson se distingue par sa grande taille et sa forme plate particulière. Les raisons de l’échouage de l’animal ne sont pas connues.

« Certains sont si gros qu’ils peuvent faire couler un voilier »

« Il est fréquent qu’ils se heurtent aux bateaux et certains sont si gros qu’ils peuvent faire couler un voilier », a affirmé Ralph Foster, le responsable de la collection de poissons du South Australian Museum. Le poisson-lune échoué était en fait d’une taille plutôt moyenne pour son espèce, selon lui.

Les poissons-lunes « peuvent être beaucoup plus gros (…) près du double de cette taille », a-t-il expliqué à la chaîne Australian Broadcasting Corporation (ABC). « Nous savons très peu de chose sur (cette espèce) ce n’est que dernièrement que la technologie nous a permis de commencer à avoir des informations ».

L’espèce considérée comme « vulnérable »

L’espèce est classée comme « vulnérable » par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Ces poissons ont pour particularité d’étendre une partie de leur corps au soleil ce qui lui vaut son nom anglais de « sunfish ».

Ils peuvent aussi plonger à plusieurs centaines de mètres de profondeur. Les images du poisson échoué, postées sur Facebook par Linette Grzelak, ont suscité la curiosité. « Le nombre de médias du monde entier qui veulent en parler est incroyable. Je ne m’attendais pas à ça », a-t-elle indiqué.

Montpellier: Les détenus se cotisent pour un surveillant après le décès de sa femme…

prison-villeneuve-maguelone

La prison de Villeneuve-lès-Maguelone. — N. Bonzom / Maxele Presse

Les détenus de la maison d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone, dans la métropole de Montpellier, se sont cotisés afin de soutenir un surveillant de prison, révèle France Info. L’homme, surveillant dans cette prison depuis une trentaine d’années, a perdu brutalement sa femme, mère de quatre enfants.

C’est en assistant aux obsèques que Grégory Jalade, secrétaire interrégional du syndicat Force Ouvrière, a appris l’existence de cette cagnotte. Il a décidé de rendre cette initiative publique. « On a coutume de dénoncer – à juste titre – les agressions que subissent les personnels pénitentiaires, mais nous nous devons aussi de souligner les comportements positifs des personnes détenues, explique-t-il à la radio d’informations. En 24 ans d’ancienneté, c’est la première fois que je suis confronté à ce type d’opération émanant de détenus. »

Cette initiative, rare voire totalement inédite, a reçu l’accord de la direction de l’établissement dans lequel sont incarcérés environ 800 détenus.

Trois questions sur les tests osseux pour vérifier l’âge des migrants…

ados

En quoi consistent ces tests ?

Un test osseux est « une radio de la main et du poignet gauche, qu’on va comparer à un atlas de référence, dit de Greulich et Pyle », explique le docteur Catherine Adamsbaum au FigaroCette comparaison consiste à évaluer à l’œil nu la « fermeture des cartilages de croissance ». Lorsqu’ils ont disparu, la maturité osseuse est atteinte, précise le quotidien.

« L’usage initial vise à connaître le potentiel de croissance d’un enfant, afin de monitorer un traitement par exemple », selon Catherine Adamsbaum. Les mesures sont donc censées être régulières et non pas faites à un moment précis.

Pourquoi la police veut-elle généraliser l’usage de ces tests ?

L’Académie nationale de médecine a estimé, en 2006, que les tests osseux constituaient « une bonne approximation de l’âge de développement d’un adolescent en dessous de 16 ans », explique Le Figaro. La PAF y a recours pour vérifier l’âge des migrants supposés mineurs.

Les jeunes de moins de 18 ans n’ayant aucun représentant légal sur le territoire français peuvent en effet bénéficier d’un accueil d’urgence de cinq jours et d’un accompagnement dans le cadre d’une procédure de droit d’asile. Les autorités doivent donc vérifier leur âge lors de leur arrivée en France.

Selon Eric Ciotti, interrogé par Nice Matin« il est très difficile dans certains cas d’évaluer l’âge des personnes, et de jeunes adultes peuvent aisément se faire passer pour des mineurs et ainsi usurper le système (sic). » La PAF préconise des tests osseux ambulatoires, avec des « systèmes de radiographie mobiles installés au plus près des points de passage », pour permettre d’évaluer l’âge des migrants grâce à un « examen fiable et moins traumatisant pour tout le monde ».

Pourquoi cette méthode est-elle critiquée ?

Si la préfecture des Alpes-Maritimes veut généraliser cette technique, les tests osseux restent vivement critiqués. En cause, la fiabilité de la méthode, qui ne permet pas « une distinction nette entre 16 et 18 ans« , selon l’Académie de médecine. Les estimations d’âge « ont toujours une part d’incertitude », confirme Catherine Adamsbaum au Figaro, ajoutant qu’il existe des inquiétudes concernant l’exposition aux rayons X des migrants.

Les escrocs israéliens qui avaient promis de libérer les soldats français prisonniers de Daesh

argent

L’un des gangs les plus sophistiqués opérant en Israël ces dernières années a été démasqué la semaine dernière par une activité conjointe de l’unité économique de Lahav 433 et de la police française.

Trois des membres du gang ont utilisé un appartement à Netanya et un yacht dans le port d’Ashdod pour escroquer divers associations et organismes, prétendant tenter de faire libérer des soldats français capturés par Daesh en Syrie et pendant la guerre du Mali. Ils se faisaient passer pour les ministres français des Affaires étrangères et de la Défense. De cette manière, ils ont réussi à réunir frauduleusement environ 10 millions d’euros.

L’enquête, nommée « Oketz Hapresident », a été ouverte dans les bureaux de l’unité économique de Lahav 433, à la réception des données de ses homologues français. Selon les informations recueillies par les Français, un certain nombre d’organisations et d’associations ont été victimes de tromperie au cours des derniers mois, ce qui les a conduites à dépenser des millions d’euros, chacune en faveur de la « libération » des soldats français des organisations terroristes. Les Français ont pu identifier que la base des activités se trouvait en Israël, mais ils n’ont pas pu identifier les membres du gang.

À ce stade, les enquêteurs de l’unité économique, qui ont commencé à recueillir des renseignements et se sont intéressés à un groupe de trois citoyens français et israéliens qui avaient loué plusieurs appartements à Netanya et qui détenaient également un yacht dans le port d’Ashdod. Quand ils ont commencé à les pister, ils ont réalisé que les trois hommes avaient mis sur pied une fraude parfaite, appuyant sur un nerf sensible de la société française: le sort des soldats tombés entre les mains d’organisations terroristes.

Les membres du gang se sont renseignés sur les associations et organisations travaillant pour les soldats français et les ont contactés afin de leur extorquer des fonds. Dans un des cas, le président de l’association a reçu un appel de quelqu’un qui s’est présenté comme un haut responsable du ministère des Affaires étrangères français.

On lui a dit que le ministre lui-même voulait partager avec lui des informations très secrètes et demandé de l’aider à sauver la vie de soldats kidnappés en Syrie. À un moment donné, le responsable de l’association a demandé à parler directement au « ministre », mais on lui a alors annoncé que ce dernier craignait de s’exprimer sur une ligne non sécurisée.

Un appartement à Natanya, un yacht à Ashdod

La méthode a parfaitement fonctionné. Les dirigeants des organisations ont été informés que, du fait que le gouvernement français craignait de dialoguer directement avec les organisations terroristes et de leur verser une rançon, il se tournait vers eux pour qu’ils avancent les fonds aux ravisseurs.

« Vous sauvez des vies, mais il est important de garder une totale discrétion », ont prévenu les imposteurs. Ils ont également promis de restituer l’argent à l’organisation peu après que le montant demandé ait été transféré sur les comptes des ravisseurs à l’étranger.

Une machine parfaitement huilée. Les chefs des organisations ont reçu des « documents secrets » portant le logo des ministères parisiens, qui les ont convaincus qu’il s’agissait d’un projet de sauvetage urgent, et ils ont chacun viré plus d’un million d’euros sur un compte bancaire. Il a fallu quelques heures aux membres du gang pour retirer l’argent du compte en banque et disparaître.

Dans un autre cas, le « ministre de la Défense » français a appelé une organisation et demandé environ un million d’euros pour libérer les soldats capturés lors de la guerre au Mali. Au total, le gang a réussi à récupérer frauduleusement environ 10 millions d’euros.

À la fin de la semaine, un appartement a été perquisitionné dans la rue King David, à Netanya, et trois membres du gang ont été arrêtés, soupçonnés de fraude aggravée et de blanchiment d’argent. Dans l’appartement, la police a trouvé des ordinateurs et de faux documents qui reliaient les trois personnes à l’escroquerie. Une autre perquisition a été menée sur le yacht ancré dans le port d’Ashdod.

Pendant tout ce temps, la police des unités spéciales et le personnel des services de renseignements en France étaient en contact étroit avec les policiers israéliens. La garde à vue des suspects a déjà été prolongée deux fois. Leurs avocats, Mes Kobi Sudari, Yaron London et David Pal, ont nié les soupçons les concernant.

La France craint que cette affaire embarrassante puisse causer d’autres dommages. Ces jours-ci, Ces derniers jours, les Français ont mené diverses opérations de sécurité et envoyé des messages à de hauts responsables d’ambassades du monde arabe concernant la possibilité de recevoir des demandes similaires d’escrocs.

Source : Ynet

BHL : « les francs-maçons c’est un peu l’âme de la République »

BHL8

l’occasion des légères dégradations subies par un temple de la secte maçonnique à Tarbes, Bernard-Henri Lévy ne contient pas son émotion (ce n’est pas comme si plusieurs églises étaient profanées chaque semaine…).
Il tient au passage un propos qui, s’il était tenu par un nationaliste, serait qualifié de « complotiste » : Aucune description de photo disponible. Comme lorsque François Hollande disait que « si l’on croit dans la République, il faut passer par la franc-maçonnerie ! »
Finalement tout le monde est d’accord avec les complotistes ! Sur la question de cette organisation, voir le site du Centre d’étude sur la franc-maçonnerie.
francs maçons bhl