Benoît XVI: les scandales de pédophilie s’expliquent par la révolution des années 60

le-pape-benoit-xvi-lors

Le pape Benoît XVI lors de la messe du mercredi des cendres au Vatican, le 13 février 2013

AFP/Archives – GABRIEL BOUYS, GABRIEL BOUYS

Le pape émérite Benoît XVI explique les scandales de pédophilie du clergé par la révolution sexuelle des années 60, des idées théologiques nouvelles, ainsi que l’effondrement en Occident de la foi, dans une analyse rendue publique jeudi.

« La révolution de 1968 s’est battue pour une complète liberté sexuelle, qui n’admettait plus de normes », souligne le pape émérite allemand dans un texte touffu de 18 pages publié dans « Klerusblatt », mensuel bavarois destiné au clergé.

« La pédophilie a alors également été diagnostiquée comme permise et appropriée », ajoute-t-il, dans cette lettre publiée par des sites catholiques américains.

Benoît XVI, qui vit reclus dans un petit monastère de la Cité du Vatican, s’exprime très rarement depuis sa démission voici six ans. Et son texte qui le ramène sous les projecteurs a fait l’effet d’une petite bombe jeudi chez certains théologiens ou pour des victimes d’abus sexuels.

José Andres Murillo, un Chilien victime d’abus du clergé, a estimé jeudi que « le narcissisme théologique » de Benoît XVI avait « fait partie du problème de la culture d’abus et de silence de l’Eglise ».

Le théologien américain Brian Flanagan juge par exemple dans un tweet que le lien que Benoît XVI fait avec les années 60 constitue « une explication fausse et embarrassante ».

-« l’absence de Dieu »-

Dans son texte, le pape émérite allemand décrit « l’effondrement de grande ampleur » des vocations de prêtres après la révolution sexuelle des années 60.

Puisant des exemples dans son Allemagne natale, il raconte aussi comment « le radicalisme sans précédent des années 1960 » a fait souffler une « modernité » dans toutes les strates de la société y compris dans les séminaires formant des prêtres.

« Des cliques homosexuelles se sont développées dans différents séminaires », sans trop se cacher, relève-t-il de manière surprenante pour illustrer son propos sur une certaine « dissolution de l’enseignement morale de l’Eglise ». Et un évêque avait par exemple décidé de montrer des films pornographiques aux séminaristes « avec l’idée de les rendre plus résistants à des comportements contraires à la foi », affirme-t-il.

Le pape émérite dresse en outre un constat assez amer d’une « société occidentale où Dieu a disparu de l’espace public » et où l’Eglise est perçue aujourd’hui comme « une sorte d’appareil politique ».

« Pourquoi la pédophilie a-t-elle pris de telles proportions? Au final cela s’explique par l’absence de Dieu », devenu une « préoccupation d’ordre privé d’une minorité » de croyants, écrit-il.

Avant de devenir pape, Joseph Ratzinger dirigea la Congrégation pour la doctrine de la foi (héritière de l’Inquisition), où il fit la chasse durant 24 ans à toutes les dérives liturgiques ou sociales. Ce département du Vatican est également chargé d’étudier les dossiers d’abus sexuels du clergé parvenant au Vatican.

Ce professeur bavarois élu pape en 2005 a vite été confronté à des révélations en cascade d’abus sexuels commis sur des enfants par des membres du clergé. Il a notamment demandé en 2011 que les prêtres soupçonnés d’abus soient déférés devant la justice du Vatican.

C’est dans la deuxième moitié des années 1980 que la question de la pédophilie est devenue d’actualité pour l’Eglise, notamment aux Etats-Unis, entraînant progressivement un réexamen de la loi pénale du droit canon, retrace-t-il dans son texte.

L’Eglise avait auparavant garanti de manière excessive la seule protection des accusés, difficilement condamnables, rappelle le pape allemand.

Les réflexions du pape émérite viennent à la suite d’un sommet de l’Eglise organisé en février par le pape François portant sur les abus sexuels sur mineurs par le clergé.

Source : AFP

USA , Caroline du Nord : Un petit garçon blanc de 5 ans abattu à bout portant par son voisin noir de 25 ans

Pas d’émeutes pour ce petit garçon ?

Cannon-Hinnant-448x293

Un garçon de cinq ans a été abattu à bout portant par son voisin âgé de 25 ans alors qu’il faisait du vélo dans son propre jardin devant ses deux sœurs âgées de 7 et 8 ans.

La police de Caroline du Nord a accusé un voisin du meurtre d’un garçon de cinq ans qui roulait à vélo dans son propre jardin lorsqu’il a été abattu à bout portant dimanche soir.

  • La police de Caroline du Nord a inculpé lundi Darius Sessoms, 25 ans, du meurtre du Cannon Hinnant, âgé de cinq ans
  • La famille de Hinnant affirme que le garçon se déplaçait à vélo devant la maison de son père à Wilson dimanche dernier lorsque Darius Sessoms s’est approché et lui a tiré une balle dans la tête
  • Les deux sœurs du jeune garçon, âgées de 7 et 8 ans, ont été témoins de la fusillade
  • Darius Sessoms est leur voisin direct et les familles se connaissent depuis des années.
  • Le motif du meurtre n’a pas été révélé, mais un membre de la famille a déclaré que le jeune garçon était entré dans la cour de Darius Sessoms
  • Les voisins disent que Darius Sessoms avait rendu visite au père de Hinnant, Austin, plus tôt dans la journée

Darius Sessoms, 25 ans, a été placé en garde à vue par la police de Wilson environ 24 heures après qu’il se serait approché de Cannon Hinnant devant la maison du père du jeune garçon à 17h30. Il lui aurait tiré une balle dans la tête.

Cannon

Les sœurs de Cannon Hinnant, âgées de sept et de huit ans, ont été témoins du meurtre, a déclaré leur mère à WRAL.

Darius Sessoms vivait à côté de la famille, et on ne pense pas que le meurtre soit dû au hasard. Les voisins affirment qu’il avait dîné avec le père de Hinnant vendredi et qu’il était venu à la maison plus tôt le dimanche.

[…]

(Traduction libre Christian Hofer pour Les Observateurs.ch)

Dailymail.co.uk / Abc11.com

Pays-Bas : 3ème nuit d’émeute à La Haye (Vidéos)

pays-bas-448x293

La police a arrêté 27 jeunes après des émeutes dans un quartier de la ville néerlandaise de La Haye.

Ils sont accusés d’actes de violence, d’émeutes et de comportement menaçant, a indiqué samedi la police. Leurs motivations ne sont pas connues à ce stade.

 

 

 

C’est la troisième nuit d’affilée que des troubles ont lieu dans le quartier de Schilderswijk, au sud du centre-ville.

Dans la soirée de vendredi, des dizaines de jeunes se sont réunis dans le quartier malgré une interdiction de rassemblement. Ils ont jeté des pierres et des feux d’artifice sur des policiers et ont déclenché des incendies. Un bâtiment dans lequel étaient stockés des jeux et des équipements sportifs a ainsi complètement brûlé.

Le quartier a souvent été le théâtre d’émeutes par le passé.

Sudinfo.be / Hartvannederland.nl / Ad.nl / Dumpert.nl

Nos remerciements à Victoria Valentini


 

Note : A l’heure actuelle, nous n’avons rien trouvé dans les médias romands. Mais visiblement, ce sujet n’est pas assez important pour ces journalistes qui préfèrent se focaliser sur les TOC d’un chanteur français.

Suisse : Quand nos autorités inventent des morts jeunes du coronavirus. Et certains de nos médias reprennent ces Fake News!

La mort d’une fillette de 9 ans avait alors été annoncée, alors que la décédée était en réalité âgée de 109 ans…

Screenshot_2020-08-17 Les Observateurs

Quand nos autorités inventent des morts jeunes du coronavirus 

 

En avril déjà, l’Office fédéral de la santé publique (BAG/OFSP) avait dû corriger sa statistique des décès. La mort d’une fillette de 9 ans avait alors été annoncée, alors que la décédée était en réalité âgée de 109 ans. Un autre mort avait été enregistré comme âgé de 27 ans au lieu de 87. L’erreur commise par l’OFSP ce vendredi est encore plus grave, parce que cette administration du département Berset a donné de fausses informations aux médias, qui se sont empressés de reprendre ce bobard, avant de faire amende honorable pour certains, comme la chaîne de journaux alémaniques ch-media.

 

https://www.fm1today.ch/coronavirus/fehlinformation-junger-mann-ist-gar-nicht-tot-136294481

 

Traduction (C.H.) : Une fois de plus, le chaos règne à l’Office fédéral de la santé publique (BAG/OFSP). Ce vendredi, il a été affirmé qu’un jeune homme de la tranche d’âge entre 20 et 29 ans serait mort du coronavirus. Sans maladie antérieure, ainsi que Stefan Kuster, chef maladies transmissibles de l’OFSP, l’a encore confirmé dans l’après-midi devant les représentants des médias. Ainsi que le canton de Berne le communique maintenant, ce serait un bobard ! Il s’agit d’une fausse information, « qui provenait d’imprécisions lors du rapport clinique d’une personne qui se trouve en isolation et ne présente aucun symptôme grave de Covid-19 ». Le canton n’aurait fait aucun rapport à l’OFSP.

C.H. 15.08.2020

Afrique du Sud : 3 noirs armés attaquent une ferme, frappent le propriétaire blanc de 73 ans, et violent sa femme et ses filles

Triste Afrique du Sud ou les meurtres et les agressions des fermiers blancs et de leurs familles se poursuit dans l’indifférence de la communauté internationale… triste nation arc en ciel… sans avenir…

af du sud

Afrique du Sud – Un fermier a été ligoté et battu chez lui, sa femme et ses deux jeunes filles ont été violées lors d’un cambriolage à leur domicile de Muldersdrift, au nord de Johannesburg.

Selon le porte-parole de la police, trois hommes, dont deux armés d’armes de poing, se sont introduits de force dans une maison, ont ordonné à l’homme de 73 ans de s’allonger et lui ont attaché les mains et les jambes.

« Ils ont demandé de l’argent et, lorsqu’ils n’en ont pas trouvé, ils l’ont agressé, l’ont fouillé et ont pris son téléphone portable. Les suspects ont emmené la femme de la victime, 46 ans, et ses filles, âgées de 15 et 11 ans, dans une autre pièce et les ont violées », déclare le chef de la police.

Les suspects sont âgés de 21 à 35 ans et sont toujours en fuite.

Il a ajouté qu’un groupe d’hommes armés terrorisait les habitants de Muldersdrift et les environs, des incidents ayant également été signalés à Zwartkop, Nooitgedacht et Beyers Naudé.

« Ces crimes sont commis par trois à six suspects armés. Dans tous les incidents signalés, les suspects ont pénétré de force les maisons des victimes. Dans certains cas de cambriolage, les victimes ont été agressées sexuellement.

(…) News 24

Les conséquences du laxisme migratoire franco-britannique

britain-695974

Avec plus de 4 100 immigrants illégaux qui ont réussi la traversée par la Manche sur de petites embarcations depuis le début de cette année contre 1 890 pour l’ensemble de l’année 2019, la Grande-Bretagne est confrontée à un afflux record et se plaint de la passivité des autorités françaises qui, selon Londres, ne chercheraient pas suffisamment à empêcher les départs. Mardi, le ministre de l’Immigration britannique Chris Philp était à Paris pour des discussions avec le gouvernement français sur la manière de résoudre ce problème. Les autorités françaises stoppent régulièrement des embarcations sur le départ mais, avec seulement quelque 1 000 migrants empêchés de traverser la Manche par les autorités françaises depuis janvier, l’effort français est insuffisant, selon Londres. Il faut dire que les candidats au départ depuis les côtes françaises ne peuvent qu’être encouragés de tenter leur chance au regard du nombre d’expulsions depuis le Royaume-Uni. En 2019 en effet, seuls 40 immigrants clandestins ayant réussi la traversée de la Manche ont été renvoyés vers un pays de l’UE. Cette année, faisait remarquer le site conservateur Breitbart le 13 août, « aucun des près de 3 000 migrants arrivés depuis le mois de mai n’a été renvoyé ». Londres exige à ce sujet de Paris plus de souplesse pour le retour des personnes ayant traversé illégalement la Manche.

De véritables appels d’air

Le ministre de l’Intérieur du Royaume-Uni, Mme Priti Patel, parle également de faire envoyer la marine pour repousser les embarcations d’immigrants illégaux vers la France, mais reconnaît avoir besoin pour cela de la coopération de la France. La semaine dernière, un record historique a été battu jeudi avec 235 arrivées de ces immigrants sur les plages britanniques en une seule journée. Le maire LR de Calais, Mme Natacha Bouchart, a déclaré le 13 août à l’AFP que ce sont les Britanniques eux-mêmes qui sont responsable de « l’appel d’air », « puisqu’ils n’ont en fait rien touché de leur législation depuis vingt ans, donc depuis le centre de Sangatte ».

Côté britannique, un tout récent sondage YouGov montre qu’une majorité de citoyens (49 % contre 44 %) n’éprouvent pas de sympathie pour ces migrants qui tentent la traversée, et 62 % estiment que le gouvernement Johnson gère mal ce problème de l’immigration contre seulement 23 % qui pensent le contraire. Côté français, la situation reste inchangée depuis des années. L’appel d’air britannique est renforcé par l’appel d’air créé par le laxisme des autorités françaises qui laissent circuler librement sur le territoire national les immigrants en situation régulière, se contentant de démanteler les camps de temps à autre (la dernière évacuation a eu lieu au bois Dubrulle à Calais pas plus tard que le 30 juillet) en laissant leurs occupants revenir et errer dans l’espoir de pouvoir bientôt tenter la traversée de la Manche. Même ceux qui agressent régulièrement les automobilistes et les riverains ne sont pas détenus pour être expulsés vers leur pays d’origine. C’est ainsi qu’un groupe de motards a été caillassé par plusieurs dizaines de migrants le week-end dernier dans la zone des Dunes à Calais. En mai dernier, c’étaient des motards de la police qui étaient encerclés et attaqués à Calais par une cinquantaine de migrants, à quelques centaines de mètres de l’ancienne « jungle », sans qu’il soit procédé à aucune interpellation ! •

Cet article Les conséquences du laxisme migratoire franco-britannique est apparu en premier sur Présent.

 

Extrait de: Source et auteur

Crise du coronavirus en France: épidémie terminée versus panique organisée. Pourquoi ?

covid stop

En mars 2020, nous sommes entrés dans un monde délirant gouverné par la peur et les mensonges de nos autorités qui font actuellement tout pour  prolonger la panique sans justifications médicales réelles.

 

Confinement : la pire catastrophe française depuis 1940

En mars, notre président a déclaré la guerre au Covid19 et ses ministres nous ont expliqué que la suspension des libertés fondamentales, l’obligation : « restez chez vous » (sous contrôle policier tatillon) et la rupture de tous les liens sociaux, étaient nécessaires pour sauver nos aïeux, empêcher nos hôpitaux d’être débordés et limiter le nombre de morts que nous infligerait inéluctablement le Covid19.

Trois mois plus tard, nous constatons que ces mesures ont abouti à l’assassinat de nos anciens dans les Ehpad, que les lits des cliniques privées sont restés vides même dans les régions qui ont enregistré le plus grand nombre d’hospitalisations liées au COVID-19 (et ont transféré des patients à l’étranger), et que la France se retrouve parmi les pays qui comptent le plus de morts de Covid19 par million d’habitants.

La réalité est à l’opposé de ce que nous annonçaient les prédicateurs d’apocalypse, leurs simulations[2] et le comité scientifique, celui-là même qui aujourd’hui nous recommande de porter des masques, de nous faire tester et d’installer une application de traçage sur nos téléphones (stop covid) alors que la maladie a quitté notre territoire.

 

L’assassinat de nos aïeux

La protection de nos ainés, victimes désignées du Covid19 constituait l’objectif « officiel » prioritaire du confinement. Or toutes les mesures prises durant la loi d’urgence ont abouti à les éliminer sans témoin et en empêchant de leur rendre le dernier hommage. Le meurtre avec préméditation par Covid non traité et/ou Rivotril des pensionnaires des Ehpad constitue l’infamie la plus triste du confinement. Le terme assassinat est violent, mais correspond aux faits constatés d’une mise à mort organisée. Le premier temps a été de les couper de leur famille les transformant en « prisonniers au mitard »[3], les rendant plus vulnérables et facilitant les syndromes de glissement (désintérêt progressif de la vie rendue insipide par l’absence de contacts menant au décès) alors qu’il aurait été possible de maintenir des contacts protégés. Le second temps a été de les interdire de tests diagnostiques[4] puis de réanimation[5] puis d’hôpital. Le troisième de réexpédier les pensionnaires malades dans leur établissement d’origine ou faute de possibilité réelle d’isolement, de matériel de protection et de personnel en nombre suffisant ils ont contaminé leurs compagnons d’infortune. La solution finale a été le décret Rivotril[6] qui a organisé la dispensation d’un produit destiné à les tuer sur simple suspicion de Covid (sans certitude diagnostique) avec rédaction d’une ordonnance « préventive » et préparation d’une seringue nominale sans prévenir le malade ni sa famille ni même attendre une éventuelle aggravation. Le 6 mai 2020 les personnes âgées dépendantes résidants en Ehpad représentaient la moitié des morts attribués à l’épidémie en France (12 769 décès sur les 25 531)[7]. L’objectif allégué du confinement n’a donc pas du tout été atteint, ni même visé.

 

Hôpitaux vides

Pendant le confinement des centaines de milliers de personnes n’ont pas pu recevoir les soins dont elles avaient besoin parce que le plan blanc réservait toutes les capacités d’hospitalisation pour le tsunami COVID-19 qui « n’allait pas manquer de nous submerger partout ».

En réalité de nombreux hôpitaux sont restés à moitié vides pendant tout le mois d’avril et les cliniques privées vidées de tout malade ont dû recourir au chômage partiel de leur personnel. Ainsi, le syndicat de l’hospitalisation privée annonçait que de très nombreuses demandes de chômage partiel avaient été déposées dans ses établissements[8] et demandait que les ARS (agences régionales de santé) leur adressent les malades qui n’auraient pas pu être soignés dans les établissements publics[9]. Mais à l’exception de quelques cliniques parisiennes et durant une quinzaine de jours, les lits privés sont restés vides faute de malades.

 

Pendant cette période, pour montrer qu’il était efficace, le pouvoir a organisé des grands spectacles TGV covid, Evasan[10] Covid et hôpital militaire de campagne Covid alors qu’il suffisait parfois de pousser une porte pour trouver les lits, des respirateurs et des soignants en nombre suffisant. Dans le Grand-Est, le mercredi 25 mars, 150 lits de réanimation étaient disponibles pour les cas Covid dans les hôpitaux publics et privés, avec une possibilité de création de 300 lits de réa supplémentaires. « Vu la situation dans l’Est, c’est difficile de comprendre pourquoi ces lits restent vides. D’autant plus alors que des patients sont transférés vers d’autres régions », regrettait Pénélope De Feuquières[11], responsable de la communication du groupe Elsan qui compte 120 établissements dans toute la France, majoritairement en régions.

Dans cette mise en scène dramatique la France n’est pas une exception : au Pays de Galles, sur les 17 hôpitaux de campagne qui ont été mis en place pour traiter 6000 patients COVID-19, un seul a été utilisé pour 46 patients et aujourd’hui il est vide, lui aussi. L’exercice a coûté 166 millions de livres sterling[12]. En Lombardie, la région italienne la plus touchée, l’hôpital COVID-19 Fiera di Milano, qui a coûté 20 millions d’euros, n’a finalement traité qu’une vingtaine de patients[13]. De même à Madrid où l’immense hôpital de campagne a été un désastre [14].

 

Un des pires taux mondiaux de mortalité Covid19

On juge une mesure sanitaire à son résultat : le nombre de morts par million d’habitants. Sur ce critère, d’après les chiffres OMS du 24 juillet, la France se place au 6ème rang mondial des plus fortes mortalités des 197 états membres avec 483 décès/million derrière la Belgique (846/M), la Grande-Bretagne (671/M), l’Espagne (608/M), l’Italie (580/M) et la Suède (562). Les mieux placés étant Taiwan (1/M), le Japon (8/M), la Corée (6/M), Singapour (5/M), la Malaisie (4/M), le Maroc (8/M), l’Algérie (27/M), l’Inde (24/M) et les pays africains d’endémie palustre dont les populations prennent quotidiennement des antipaludéens.

Si nous avions décidé, comme nos voisins allemands, de mettre en quarantaine, (d’isoler pendant 15 jours) les porteurs de virus de la population saine nous compterions 25000 morts de Covid19 de moins. L’absence de test n’est pas une excuse : c’est parce que le ministère n’en a pas voulu que nous n’en avons pas eu ; au début de cette épidémie les allemands ne disposaient pas de plus de tests que nous pour cette maladie nouvelle, mais leur chancelière a permis à tous les laboratoires y compris vétérinaires d’en pratiquer alors qu’en France le ministère et les Agences Régionales de Santé ont dédaigné les offres qu’on leur a faites. D’ailleurs même sans tests la mise en quarantaine des infectés aurait été possible et efficace sur les simples signes cliniques car, contrairement à ce qui a été longtemps prétendu (et en partie responsable des erreurs des modélisations folles qui ont servi d’alibi à nos politiques), les infectés asymptomatiques participent très rarement à la diffusion de la maladie[15]. Mais les autorités sanitaires ont préféré renvoyer les infectés sans signe de gravité chez eux et les vieux dans les Ehpad infecter leurs proches grâce au confinement qui augmentait la durée d’exposition au virus.

 

Des victimes collatérales par dizaine de milliers

Le « plan blanc » activé dès l’état d’urgence et le confinement aveugle adoptés a entraîné l’arrêt des traitements des maladies chroniques (hypertension, diabète, cancers), source de pertes importantes de chances de survie. Il a également bloqué le diagnostic et le traitement de nouvelles pathologies infectieuses, cancéreuses etc. qui sont apparues pendant le confinement et sont restées évolutives en l’absence de diagnostic et de traitement. Or même des retards modestes dans la chirurgie du cancer ont un impact significatif sur la survie.  Aux victimes directes du Covid19 et du confinement, le plan blanc a donc ajouté des victimes collatérales par arrêt ou retard des soins des maladies chroniques et les retards de diagnostic des maladies jusque-là ignorées.

Dans un rapport[16] F Bizard précise : « la CNAMTS a confirmé une baisse d’activité de 40% pour les médecins généralistes. Une moyenne de 70% de perte d’activité chirurgicale a été constatée depuis le début du plan blanc. »

L’impact de la crise Covid19 a été estimé à une baisse de plus de 2 millions d’actes chirurgicaux, pour une date de levée du plan blanc postérieure au premier juin. Les traitements en cours des cancers connus ont été retardés ou modifiés. Les ARS ont même suggéré de traiter des cancers coliques et pulmonaires reconnus par radiothérapie, alors qu’un tel traitement est nettement moins efficace que la chirurgie et que les services de radiothérapie surchargés donnent souvent rendez-vous dans deux mois ou plus.

 

Appel des médecins et chirurgiens pour la levée du plan Blanc

L’académie de médecine[17], le BLOC[18] et autres représentants des chirurgiens de France ont adressé des mises en garde aux plus hautes autorités de l’Etat.

« Nous constatons chaque jour et de plus en plus l’aggravation des morbidités et de la mortalité des malades non COVID. Les patients présentent des états aggravés avec des retards diagnostiques et thérapeutiques lourds de conséquences. Toutes les spécialités médicales sont concernées ». Edicté pour lutter contre le risque COVID19, le plan blanc a maintenant des effets délétères pour la santé publique, alors même que l’épidémie est presque éteinte sur une grande partie du territoire. Son rapport bénéfice/risque est devenu catastrophique ». En vain.

Depuis le confinement, en trois mois, 90000 nouveaux cancers auraient dû être diagnostiqués et traités et ne l’ont majoritairement pas été. Alors que depuis des années, l’institut National du Cancer, la Haute Autorité de Santé et la ligue contre le cancer n’ont de cesse de rappeler l’importance cruciale des traitements précoces « plus un cancer est détecté tôt, plus les chances de guérison sont importantes » et qu’ils prônent sans arrêt tous les dépistages des cancers.

 

Le mal épidémique des décisions gouvernementales : équivalent plan Blanc en Grande-Bretagne

Nos voisins anglais ont estimé l’impact sanitaire de l’arrêt des activités médicales en cancérologie en Grande-Bretagne. L’équipe du professeur Turnbull[19] [20]  a calculé que si les 94 912 patients – qui devaient subir une intervention chirurgicale pour retirer leur cancer – avaient un retard de trois mois, il y aurait 4 755 décès supplémentaires au cours des cinq prochaines années. Compte tenu de la durée de vie attendue des patients après la chirurgie, le retard représenterait 92 214 années de vie perdues.

« Pour éviter une crise de santé publique liée aux décès par cancer évitables, les actes diagnostiques et chirurgicaux du cancer doivent être maintenus à leur rythme normal, avec une attention rapide à tout arriéré déjà accumulé ».

Durant la même période plus de la moitié des maladies digestives, cardiaques[21], vasculaires, neurologiques, rhumatologiques, psychiatriques et pulmonaires n’ont pas été vues en consultation, se sont aggravées, faute de traitement en temps utile.

Le nombre des décès secondaires aux retards de soin consécutif à ce plan blanc est difficile à compter pour l’instant, mais le nombre considérable de malades concernés (plusieurs millions) fait craindre qu’il ne dépasse très largement celui des victimes directes de l’épidémie.

 

Lourdes conséquences sociales du confinement aveugle

Alors qu’il n’y a aucune preuve que le raz-de-marée annoncé sur les hôpitaux ait été empêché par le confinement[22] [23], les mesures ordonnées par le gouvernement ont mis des pans entiers de la société dans la détresse : jeunesse privée de son droit à l’éducation, désintérêt progressif du travail chez de nombreux salariés qui ont beaucoup de mal à reprendre leurs activités, finances publiques lourdement grevées, maisons de retraite transformées en prisons tandis que les liens dans la population ont été distendus, minés par la défiance et la peur de l’autre. Récession économique, aggravation du chômage et de la misère se font déjà sentir. Les mesures prises au nom de la protection de la population n’étaient manifestement ni efficaces, ni proportionnées, ni adéquates.

 

En France, l’épidémie est terminée

Une maladie existe lorsqu’elle entraîne des malades, des personnes qui présentent des signes cliniques, qui nécessitent des soins, des hospitalisations et qui sont menacées de mort. Or, lorsqu’on consulte les données officielles de Santé Publique France, on constate depuis 3 mois une baisse continue du nombre des hospitalisations, du nombre d’entrées en réanimation et du nombre de décès, indicateurs clés d’une épidémie évolutive ainsi que le montrent les graphiques officiels suivants :

1_2

2_0

3_0

Depuis le début de l’année, la mortalité n’a dépassé la limite supérieure de la valeur statistiquement attendue que dans la catégorie d’âge des 65 ans et plus, et ce uniquement entre la troisième semaine de mars et la troisième semaine d’avril. Dans la classe d’âge des 0 à 64 ans, en revanche, à aucun moment la mortalité ne s’est significativement écartée des valeurs habituelles.

 

Epidémie terminée, mais intensification de la propagande de la peur !

Au lieu de mettre en avant ces bonnes nouvelles le gouvernement poursuit sa propagande terrorisante, sous prétexte que le nombre de cas testés positifs augmente, alors que cela traduit principalement la forte augmentation du nombre de tests effectués.

Lorsqu’on examine les graphiques qui présentent le nombre de tests revenus positifs rapporté au nombre de tests revenus négatifs, il faut presque une loupe pour apercevoir la part des positifs – laquelle est par ailleurs stable, oscillant depuis la mi-mai autour 1%.

4_0

Ces cas positifs ont de plus de chances d’être en réalité des faux-positifs. Les tests PCR actuellement utilisés présentent en effet une marge d’erreur de 1,8%. Cela signifie que sur 10 000 tests, il y aura 180 faux positifs. Or depuis le 11 mai, le pourcentage des tests positifs est restée stable à 1%. Avec des chiffres aussi réduits, la possibilité qu’il s’agisse souvent de faux positifs ne peut donc être exclue. Dans une analyse parue mi-juin, Beda Stadler, professeur émérite et ancien directeur de l’Institut de virologie et d’immunologie de l’Université de Berne, rappelait aussi qu’une grande partie ces « cas d’infection » pouvaient en réalité être des personnes déjà immunisées contre le virus, encore porteuses de « débris viraux » dans leur organisme.

La poursuite de la propagande de la peur est efficace ainsi qu’en témoigne le nombre de consultations pour angoisse de covid19 qu’utilise ensuite Santé Publique France pour faire croire à une seconde vague : « signe d’une possible reprise de la maladie, du 29 juin au 5 juillet, 1 523 actes médicaux pour suspicion de Covid-19 ont été enregistrés par les associations SOS Médecins, cela représente une hausse de 41 % par rapport à la semaine précédente ».

Ainsi malgré des indices objectifs tous rassurants, des adultes de toutes les classes d’âge, et même des enfants[24], craignent d’être contaminés, de tomber malades et de mourir du COVID-19. Cette peur infondée soulève la question de la responsabilité de ceux qui l’ont répandue et qui continuent de l’entretenir.  Les consultations en psychiatrie ne cessent de se multiplier de même que le besoin d’hospitalisations que les services ne peuvent fournir.[25]

 

Quelles peuvent être les raisons d’une telle désinformation ?

Pourquoi les données rassurantes dont on dispose aujourd’hui ne font-elles pas les gros titres ? A quoi rime cette volonté d’imposer le masque alors que la maladie a quitté le pays, de faire croire aux petits enfants qu’ils ne doivent pas embrasser leurs grands-parents pour les protéger, de rappeler constamment au public que les restrictions pourraient être réimposées très bientôt sinon à entretenir la panique et s’assurer de la soumission de la population ?

 

Plusieurs raisons confortent cette hypothèse

En premier lieu l’incohérence qui caractérise les mesures en place (dont la plupart sont dénuées de fondement scientifique solide) et la manière dont le comportement des habitants est analysé par les experts et les médias.

Les citoyens qui mettent en doute l’intérêt médical actuel réel du masque, des tests et du traçage sont qualifiées d’irresponsables qui menaceraient la santé publique et favoriseraient une deuxième vague. Là, c’est le comportement des personnes qui ont massivement fêté le retour d’un peu de liberté et la musique que l’on criminalise, alors qu’aucune augmentation des malades n’a été constaté depuis ces évènements festifs. Dans le même temps, les médias ne se sont guère ému des milliers de manifestants qui ont envahi à la même période les rues des grandes villes pour protester contre le racisme, ni des consommateurs qui ont couru les soldes, sitôt les centres commerciaux réouverts.

Dans les rangs des politiques et des journalistes, personne ne semble s’étonner du changement majeur de l’objectif des mesures imposées passant d’ « aplatir la courbe », à « éradiquer Sars-Cov-2 », une entreprise qu’aucun scientifique ne peut juger crédible.

Cette hypothèse se trouve également crédibilisée par la similitude de cette propagande illogique des gouvernants dans de nombreux pays que la maladie a déserté comme la Suisse ou le Canada.

 

En démocratie, c’est le peuple qui doit gouverner

Il y a lieu de s’interroger sur la place grandissante que s’arrogent les membres du comité scientifique et l’exécutif. Rappelons que ce groupe d’experts trop liés aux entreprises du médicament est de conseiller le président et le conseil de défense en s’appuyant sur ses connaissances scientifiques. Non de gouverner à la place des autorités élues, ni de torpiller leurs décisions en lançant des mises en garde à la population. Pourtant, c’est bien ce que ces chercheurs ont fait en imposant des restrictions stupides sans justification sanitaire réelle, compliquant considérablement la réouverture des écoles voulue par le président. Cette manière d’autoriser un groupe d’experts non élus, peu compétents en médecine clinique et dont les membres ont été recrutés en fonction de critères opaques témoigne d’une méconnaissance et d’un mépris des institutions démocratiques pour le moins ahurissants qui fait douter une fois encore de la capacité des médias à nourrir le débat démocratique.

 

 

[1] Transposition à la France de l’excellent texte de Catherine Riva et Serena Tinari concernant la Suisse « des nouvelles mesures pourquoi faire ? » Mondialisation.ca, 17 juillet 2020 Avec re-check.ch à lire absolument.

[2]] N Ferguson Rapport 9 Imperial College 2020 3 16

[3] Les prisonniers bénéficient de visites de leur famille. Seuls les punis sont mis au mitard et privés de visite

[4] Alors que les politiques se sont presque tous fait tester

[5] Le 22 mars, le Dr Chatelus écrit : « le chef des urgences de Mulhouse a admis devant 600 urgentistes français réunis en visioconférence qu’au-delà de 75 ans, avec ou sans comorbidités, ils n’intubaient plus »

[6] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/decret-rivotril-compassion-223015

[7] B Deshayes Coronavirus dans les Ehpad : les chiffres de la tragédie qui se joue à Paris, Lyon, Nîmes Mougins. https://www.linternaute.com/actualite/guide-vie-quotidienne/2492361-coronavirus-dans-les-ehpad-la-tragedie-qui-se-joue-a-paris-lyon-nimes-mougins/

[8] Boris Hallier Coronavirus : « Nos établissements sont totalement vides », déplore la fédération de l’hospitalisation privée Mercredi 25 mars 2020, France Bleu Paris    Île-de-France

[9]Lucie Oriol Coronavirus : les hôpitaux privés demandent à être réquisitionnés ACTUALITÉS 22/03/2020

ASSOCIATED PRESS

[10] Évacuations sanitaires aériennes

[11] Le fact check de jeunes médecins #1mais pourquoi tant de lits restent-ils vides dans les cliniques privées ?  27/03/2020 https://www.jeunesmedecins.fr/actualites/mais-pourquoi-tant-de-lits-restent-ils-vides-dans-les-cliniques-privees

[12] Anna Palmer & Ashleigh Crowter Coronavirus: Only one of Wales’ 17 field hospitals used BBC News18 6 2020

[13] Di Lorenzo TosaIl grande flop dell’ospedale Covid-19 a Milano Fiera: costato 21 milioni, ospita 3 pazienti

Pubblicato il 13 Apr. 2020 alle 17:57 https://www.tpi.it/opinioni/grande-flop-ospedale-covid-19-milano-fiera-coronavirus-20200413584888/

[14] Coronavirus : à Madrid, l’immense hôpital de campagne a été un désastre” https://www.courrierinternational.com/article/reportage-coronavirus-madrid-limmense-hopital-de-campagne-est-un-desastre

[15] Maria Van Kerkhove, responsable technique de la cellule chargée de la gestion de la pandémie à l’Organisation mondiale de la santé a déclaré « il semble rare qu’une personne asymptomatique transmette la maladie », lors d’une conférence de presse virtuelle de l’OMS.

[16]Frédéric Bizard Pour l’Académie Nationale de chirurgie Impact économique du Covid19 en chirurgie 29 4 2020

[17] Communiqué commun de l’Académie nationale de Médecine et de l’Académie nationale de Chirurgie 15 5  2020 http://www.academie-medecine.fr/wp-content/uploads/2020/05/La-reprise-des-activit%C3%A9s-chirurgicales-une-urgence-sanitaire.pdf

[18]Le Bloc, union syndicale AAL- SYNGOF-UCD appelle solennellement le Premier ministre et le Ministre des Solidarités et de la Santé à stopper le plan blanc élargi. Communiqué du 7 mai

[19] Sud A, Jones et al Effect of delays in the 2-week-wait cancer referral pathway during the COVID-19 pandemic on cancer survival in the UK: a modelling study. Lancet Oncol. 2020 Jul 20: S1470-2045(20)30392-2. doi: 10.1016/S1470-2045(20)30392-2

[20] Sud A, Jones et al Collateral damage: the impact on outcomes from cancer surgery of the COVID-19 pandemic. Ann Oncol. 2020 May 19 : S0923-7534(20)39825-2.

[21] Durant le confinement le nombre d’arrêts cardiaques a été multiplié par deux et leurs chances de guérison divisées par deux d’après une étude du Samu

[22] Et beaucoup de faits qui montrent que le confinement aveugle a augmenté la mortalité

[23] Car les rares pays qui n’ont pas confinés (Pays-Bas, Suède, Islande) n’ont pas subi le tsunami prédit

[24] Rappelons que les enfants sont exceptionnellement atteints (moins de 2% des cas recensés), qu’ils font presque uniquement des formes bénignes (moins de 10 cas mortels rapportés en dessous de 19 ans sur environ 16 millions de contaminés) et qu’ils ne contaminent ni les adultes ni les autres enfants.

[25] http://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/la-vague-psychiatrique-deja-rude-ne-sera-pas-en-cloche

Auteur(s): Nicole Delépine pour FranceSoir

Affrontements intra-communautaires à Mayotte

mayotte

Deux bandes rivales issues des deux villes à fort taux d’immigration clandestine s’affrontent depuis bientôt une semaine. La dégradation du climat d’insécurité a même favorisé l’exode de tout un quartier de Kaweni.
C’est en fin d’après-midi qu’ont lieu les démonstrations de forces. Des jeunes cagoulés et armés de pierres, de coupe-coupe, de machettes et de bâtons déambulent sur la Route Nationale de Kaweni, dans la commune chef-lieu, sous les regards effrayés des automobilistes. Mais leurs actions sont ciblées : incendier des cases et en découdre avec des jeunes de la bande rivale.

Des jeunes issus de quartiers informels de kaweni et d’autres de Majicavo s’affrontent ainsi tous les soirs depuis le jeudi 13 août, créant beaucoup d’agitations dans les alentours.

affrontements

rassemblement de jeunes ©capture d’écran

L’élément déclencheur de ces affrontements quotidiens serait une violente agression d’un jeune de Majicavo sur un autre de Kaweni qui aurait rechigné à « payer un droit de passage » dans leur quartier Massimoni, tampon aux communes de Mamoudzou et de Koungou.
Le jeune agressé serait originaire de Hadda Dawéni à Anjouan, un village réputé viril et solidaire. Son agression ne pourrait alors être impuni pour sa communauté.
Si à Kaweni, à contre bas, on déambule armés, les forces de l’ordre arrivent à empêcher leur progression et éviter la confrontation des deux bandes, comme jeudi dans la nuit dans le quartier des hauts-vallons.

affrontements

Intervention des forces de l’ordre jeudi soir, hauts-vallons ©Capture d’écran FB

Samedi matin les élus de Mamoudzou et de Koungou ont organisé une médiation en présence des riverains, responsables associatifs et religieux, mais sans succès.

affrontements

Médiation ©Sony Chamsidine

Samedi soir c’est, armés de cocktails Molotov et de pneus brulés et projettés des hauteurs que les jeunes de Majicavo ont attaqué le quartier de Massakini. Le bilan est lourd. Outre des habitations brulées, on déplore aussi un mort et 4 blessés graves, dont un amputé de la main. Le quartier s’est vidé de ses habitants, qui se sont refugiés ailleurs avec le strict minimum.

affrontements

Habitations brûlées et désertées ©Fahar Ousseni

Au lendemain de ces faits, les élus municipaux et départementaux de Mamoudzou et Koungou, la préfecture et le conseil départemental de Mayotte se sont réunis d’urgence à l’hôtel de ville de Mamoudzou pour appeler au calme et tenter de trouver une solution à ces actes violents.

affrontements

Réunion à la mairie de Mamoudzou ©Sony Chamsidine

Un communiqué de presse a été publié à l’issu de la réunion, et parmi les solutions annoncées, il y a le déploiement de forces de sécurité, l’organisation des assises de la sécurité, ainsi que des réunions plus régulières du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD).

L’objectif est de trouver des solutions pérennes et globales avec les parents, les jeunes, les associations, visant notamment la formation, l’éducation et l’insertion

ont déclaré les villes de Mamoudzou, Koungou, le département et la préfecture de Mayotte dans le communiqué commun.

affrontements

Communiqué de presse ©A.R

La guerre des masques a commencé

Screenshot_1

Un internaute tweete : « Que va-t-il se passer lorsque les gens vont réaliser MASSIVEMENT que les masques ne protègent pas contre le virus et quand, en même temps, ils vont réaliser qu’ils n’ont aucune autre solution de protection à leur portée ? »

Le masque, censé protégé les autres de nos postillons, n’est-il pas, en définitive, qu’une parade psychologique que nos gouvernants espèrent ainsi pouvoir maîtriser en nous faisant peur ? Le virus peut s’attraper par les yeux. Qui le dit ? Le virus ne circule pas à l’air libre. Qui ose encore l’affirmer ?

Et quand on voit, sur LCI,ce médecin urgentiste débattre bêtement avec un masque sur le nez qu’il n’arrête pas de toucher pour le remettre en place, lorsqu’on voit notre Président mettre un masque qu’il tenait enroulé dans sa main, ne se moque-t-on pas de nous, cher M. Jean Castex, lorsque vous souhaitiez voir tous vos administrés masqués dans les rues de nos villes et villages ?

La mascarade qui nous a été jouée, au début de l’apparition de ce virus, semble donc avoir pris un autre aspect. Des masques, nous en avons aujourd’hui à profusion. J’ai entendu, dans « Les Grande Gueules », que chaque mois, la France en achèterait à la Chine pour un milliard d’euros. Il faut bien les utiliser. Alors, on nous l’impose et on nous fait croire que si nous refusons de cacher nos visages, nous sommes d’épouvantables égoïstes, peut-être même des criminels, et, en tous cas, des rebelles…

Hier, dans une petite rue vide de Boulogne, j’ai croisé une dame dont je n’ai pu apercevoir que les yeux. Je tenais mon masque chirurgical à la main pour respecter les consignes du bureau de Poste vers lequel je me rendais. Cette personne m’a jeté un regard de haine : ses yeux m’accusaient d’être un criminel !

Un ami me dit que, ce matin, sur le marché du Bois-Plage-en-Ré, un inconnu l’a pratiquement injurié car il ne portait pas le masque devenu obligatoire par le miracle d’un décret : « Vous devriez payer 135 euros ! » Et voilà la guerre des masques bien partie, car ces regards, ces altercations sont autant de signaux comme quoi nous sommes entrés en un pays où peur et délation font bon ménage. Comme, selon la formule consacrée, aux pires heures de notre Histoire. Sur Google, amusez-vous à taper « bagarre pour un masque » et vous aurez les exemples de ce qui nous attend. Bagarre dans un avion, bagarre dans une laverie, assassinat d’un chauffeur de bus qui demandait gentiment à de méchants passagers de bien vouloir mettre leur masque, bagarre dans un bar de Pontarlier, etc.

Comme dirait l’autre, avec ce masque, si on le manipule ou si on le conserve sans précaution, et si, en même temps, on ne peut pas se protéger les yeux, nous ne sommes par sortis de l’auberge. Et quand on voit ces Français devenus moutons qui ont choisi de se masquer en voiture, sur la plage, on se demande s’il ne s’agit pas là d’une nouvelle mode importée de Chine. Encore elle.

« Joe Biden candidat démocrate a un problème de racisme » estime Donald Trump …

Et un sérieux problème avec la pédophilie…

biden

États-Unis : quand Joe Biden refusait une politique de mixité à l’école qui ferait grandir ses enfants dans une « jungle raciale prête à exploser »