George Soros est « fier d’être un Nazi » (vidéo exclusive de 1998 )

Annual Fall Meetings Of The IMF and World Bank

Cette vidéo avait disparu de la circulation pendant plus de 20 ans et la voila de retour. George Soros le philanthrope destructeur de civilisations est fier d’avoir créer des crash en Thaïlande et en Asie, il met aussi en garde contre les spéculateurs dans son genre et déclare être fier d’être nazi.
.

Rupture du jeûne du ramadan : le CFCM dénonce la « désinvolture » de Castaner , tu lèches pas assez les babouches Christophe…

rupture-du-jeune-du-ramadan-le-cfcm-denonce-la-desinvolture-de-castaner

Le Conseil français du culte musulman reproche à Christophe Castaner de ne pas avoir assisté à la rupture du jeûne du ramadan, qui était organisée à Paris mardi 28 mai. D’après le Conseil, c’est la première fois qu’un ministre de l’Intérieur boude ainsi une invitation.

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a dénoncé la « désinvolture » de Christophe Castaner, qui n’a pas assisté à la rupture du jeûne du ramadan (iftar) organisée mardi soir à Paris et a choisi de se rendre mercredi devant une instance régionale à Strasbourg.

« C’est la première fois depuis que le CFCM organise un iftar qu’un ministre de l’Intérieur (également chargé des cultes, ndlr) ne répond pas favorablement à notre invitation », a affirmé le délégué général de l’organisation, Abdallah Zekri, lors du repas de rupture du jeûne au Pavillon Dauphine mardi soir dans le XVIe arrondissement.

Selon lui, cela traduit « de la désinvolture à l’égard des musulmans de France »« Si M. Castaner a quelque chose à nous reprocher, qu’il le dise », a-t-il affirmé.

« Aller dans les territoires »

Il a rappelé qu’en 2018, Gérard Collomb, alors ministre de l’Intérieur, et le Premier ministre Édouard Philippe s’étaient rendus à l’iftar officiel du CFCM. En 2017, tout juste élu, Emmanuel Macron y avait pris la parole.« Nous sommes déçus que le ministre de l’Intérieur n’ait pas daigné venir passer un petit moment, même si son agenda est chargé, prendre un verre de l’amitié, échanger un peu avec nous », a encore déclaré M. Zekri.

Interrogé, le ministère de l’Intérieur fait valoir que Christophe Castaner va participer mercredi soir à la rupture du jeûne organisée à Strasbourg par le CRCM, déclinaison régionale du CFCM, l’idée étant « d’aller dans les territoires »« Strasbourg, lieu de formation des imams, de dialogue interreligieux, du Concordat, est attractif », a-t-on ajouté.

Tensions sur la réforme du CFCM

Créé en 2003 sous l’impulsion de l’État, le CFCM est l’interlocuteur privilégié de l’État sur le culte musulman. Il est souvent critiqué pour son manque de représentativité : au terme des dernières élections, un peu moins de la moitié des quelque 2 300 lieux de culte en France lui étaient affiliés.

Selon plusieurs sources, une réforme des statuts du CFCM, adoptée au printemps et qui doit se mettre en place pour les prochaines élections de cette instance à l’automne, est source de tensions. Le gouvernement souhaitait une forte représentation de l’échelon départemental, un gage selon lui d’ouverture et de meilleure représentativité des mosquées, ce à quoi le CFCM, dans sa réforme, n’a pas accédé, selon une source proche du dossier.

Raison supplémentaire du courroux de la direction du CFCM : un conflit interne l’oppose au responsable du CRCM de Strasbourg. « Le ministre est au-dessus des querelles internes au CFCM », a-t-on assuré au ministère de l’Intérieur.

Avortement interdit après le premier battement de cœur : la loi devient virale

bébé

La Louisiane devient le sixième Etat américain à adopter une loi interdisant l’avortement après la détection des battements du cœur.

Le gouverneur Démocrate de la Louisiane a signé une nouvelle loi très restrictive sur l’avortement, qui interdit la procédure après la détection d’un battement cardiaque fœtal.

La loi pourrait interdire les avortements dès la sixième semaine de grossesse.

Il est important de noter que le gouverneur est un Démocrate, que les législateurs ont massivement appuyé le projet de loi mercredi, par 79 voix contre 23, et que le gouverneur, John Bel Edwards, l’a promulgué le lendemain jeudi.

C’est le dernier en date est une série de lois anti-avortement.

Cinq autres États ont déjà adopté cette année des limites similaires à l’avortement : le Mississippi, Kentucky, Ohio, Georgia et Alabama.

Le gouverneur Edwards a déclaré :

Je demande à l’écrasante majorité bipartite des législateurs qui ont voté pour [la loi] de se joindre à moi pour continuer à construire une Louisiane meilleure qui se soucie des plus petits d’entre nous et qui offre plus de possibilités à tous.

Le gouverneur Edwards s’oppose depuis longtemps à l’avortement, en désaccord avec le parti, qui considère l’accès à la procédure comme un élément central de son programme, sans aucune limitation de durée, et ce jusqu’au jour de la naissance, comme Hillary Clinton l’avait déjà réclamé

En réaction, plusieurs poids lourds de la production hollywoodiennes se sont engagées à boycotter les États qui appliquent de telles interdictions.

Disney, Netflix et Warner ont tous menacé publiquement de repenser la production dans ces États si les lois entrent en vigueur.

Que dit la loi sur les battements de cœur ?

La loi dite sur les battements de cœur vise à rendre l’avortement illégal dès qu’un battement cardiaque fœtal est détectable. Dans la plupart des cas, c’est à six semaines de grossesse – avant même que de nombreuses femmes ne sachent qu’elles sont enceintes.

La loi de la Louisiane ne prévoit pas d’exemptions pour les grossesses résultant d’inceste ou de viol.

Que pensent les Américains sur la question ?

En vrai, il est difficile de répondre avec précision à la question.

Sur Buzzfeed, Ema O’Connor a publié une intéressante analyse intitulée « Personne ne sait vraiment ce que les Américains pensent de l’avortement. »

O’Connor explique que les sondages sont biaisés et difficiles à croire.

De nombreux Américains ont des opinions nuancées sur l’avortement qui ne sont pas reflétées par les questions d’enquête généralement posées dans les sondages.

Les réponses sont souvent affectées par des changements subtils dans la formulation des questions.

Et de nombreux sondages sont commandés par des groupes de pression qui ont un intérêt direct à obtenir un résultat particulier.

Cependant, il existe quelques fondamentaux que tous les sondages confirment :

  • Une majorité substantielle, proche de 80% d’Américains, est en faveur de la limitation des avortements tardifs.
  • Le public est fortement en faveur de lois pro-vie progressives, comme les lois sur la participation des parents, les limites au financement de l’avortement par les contribuables, et les lois sur le consentement éclairé.

La prière islamique dans la cathédrale Saint Louis des Invalides …

APTOPIX MIDEAST ISRAEL PALESTINIANS RAMADAN

À l’occasion des 20 ans de paix au Kosovo, la prière islamique a résonné dans la cathédrale du diocèse aux armées !

Gilets jaunes : Le procureur de Paris affirme que des policiers seront jugés pour «violences illégitimes»

gilets jaunes 1

Le procureur de la République de Paris Rémy Heitz a accordé une interview au journal Le Parisien où il revient sur les nombreuses interpellations durant les six mois de mobilisation des Gilets jaunes. Il affirme par ailleurs que des policiers « seront renvoyés en correctionnelle ».

Rémy Heitz s’est exprimé sur les procédures en cours, ouvertes dans le cadre des manifestations des Gilets jaunes, visant des manifestants mais également des policiers et des gendarmes. « Depuis le début du mouvement le 17 novembre, nous avons recensé 2 907 gardes à vue », explique le procureur de Paris.

« 1 304 gardes à vue ont donné lieu à un classement sans suite, soit 44,8 % des dossiers. 1 357 personnes ont en revanche été déférées, dont 515 jugées en comparution immédiate », précise le magistrat.

« Je réfute totalement le terme entendu parfois de garde à vue préventive »

Interrogé sur ce qui a été appelé les « gardes à vue préventives » ou les « interpellations massives », Rémy Heitz montre son désaccord.

« Une personne est placée en garde à vue par un officier de police judiciaire lorsqu’il existe des indices laissant supposer la commission d’une infraction. C’est pourquoi je réfute totalement le terme entendu parfois de garde à vue préventive ». « Si les éléments ne tenaient pas, les magistrats en ont tiré les conséquences », ajoute-t-il.

Le procureur de la République s’est ensuite exprimé au sujet de sa circulaire, incitant à faire durer les gardes à vue au maximum.

« Le code de procédure pénale prévoit la possibilité de placer un mis en cause en garde à vue pour « garantir la mise en œuvre des mesures destinées à faire cesser l’infraction ». C’est sur ce fondement que ces consignes ont été données. Je les assume. »

« Il n’y a aucune volonté de ma part d’éluder ces violences ou de les minimiser »

Le magistrat est ensuite revenu sur les procédures toujours en cours, notamment à l’encontre des forces de l’ordre, affirmant qu’il n’y a aucune volonté « d’éluder » ou de « minimiser » ces faits.

« 30 dossiers ont été confiés à la police judiciaire. Il s’agit des cas les plus graves et complexes : les agressions de forces de l’ordre, les pillages d’enseignes de luxe ou le saccage de l’Arc de Triomphe (…) Certains dossiers remontent au 24 novembre »

« Il n’y a aucune volonté de ma part d’éluder ces violences ou de les minimiser [les dossiers visant les forces de l’ordre]. À ce jour, 174 enquêtes ont été ouvertes : 171 confiées à l’inspection générale de la police nationale (IGPN) et 3 à l’inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN). 57 dossiers ont été clôturés et remis à mon parquet qui est en train de les analyser. »

« Il y aura aussi des renvois de policiers devant le tribunal correctionnel d’ici la fin de l’année »

Le procureur de la République de Paris indique dans le même temps que plusieurs informations judiciaires ont été ouvertes.

« Je peux d’ores et déjà vous dire que 8 d’entre elles ont justifié l’ouverture d’une information judiciaire, c’est-à-dire que la poursuite des investigations est désormais confiée à des juges d’instruction. (…) Cela concerne par exemple les faits dénoncés par Jérôme Rodrigues le 26 janvier ou bien encore ceux commis dans un restaurant Burger King le 1er décembre. Il s’agit notamment des dossiers où les préjudices sont les plus lourds ».

« Il y aura des classements sans suite. Il y aura aussi des renvois de policiers devant le tribunal correctionnel d’ici la fin de l’année », a-t-il poursuivi, précisant qu’à ce stade, « aucun policier ou gendarme n’a été mis en examen ».

« Il faut aussi rappeler que les forces de l’ordre peuvent avoir un recours légitime à la force, ce qui n’est pas le cas des manifestants »

Une différence de traitement entre les Gilets jaunes et les forces de l’ordre ? Rémy Heitz réfute cette affirmation.

« Depuis six mois, les forces de l’ordre effectuent des missions extrêmement difficiles. Elles ont subi de violentes agressions, mais ont su garder leur sang-froid. La République leur doit une reconnaissance toute particulière. Il faut aussi rappeler que les forces de l’ordre peuvent avoir un recours légitime à la force, ce qui n’est pas le cas des manifestants venus pour commettre des violences ou des dégradations. »

« La question est alors de savoir si policiers et gendarmes ont pu parfois faire un usage illégitime ou disproportionné de la force », a expliqué le magistrat qui parle de « violences illégitimes » et non de « violences policières », affirmant en outre avoir une « totale confiance » envers l’IGPN.

Etats-Unis: Un groupe record de plus d’un millier de clandestins interpellés à la frontière mexicaine…

mexique

Le 29 mai 2019, 1.036 personnes qui ont été interpellées aux Etats-Unis pour avoir franchi illégalement la frontière à El Paso, Texas. — AP/SIPA

« Hier, les agents de la police aux frontières ont interpellé le plus grand groupe d’étrangers illégaux à ce jour : 1.036 personnes qui ont franchi illégalement la frontière à El Paso (Texas) à 4h », a tweeté Donald Trump.

« Les démocrates doivent défendre notre incroyable police aux frontières et enfin colmater les brèches à notre frontière ! », a-t-il ajouté, en accompagnant son message d’une vidéo nocturne de plus de deux minutes montrant des dizaines de silhouettes franchissant, apparemment facilement, une barrière.

« Des tarifs douaniers de 5 % sur tous les biens venus du Mexique »

Donald Trump avait déclaré plus tôt jeudi qu’il comptait faire « une annonce majeure sur la frontière » entre les Etats-Unis et le Mexique plus tard dans la journée. Le président américain a finalement annoncé que les Etats-Unis allaient imposer à compter du 10 juin « des tarifs douaniers de 5 % sur tous les biens venus du Mexique », tant que les immigrés clandestins continuent d’affluer aux Etats-Unis en passant par la frontière mexicaine. Les droits de douane pourraient passer à 10 % au 1er juillet et grimper de 5 points de pourcentage chaque mois jusqu’à la limite de 25 % en octobre si le Mexique « n’arrête pas considérablement le flux d’étrangers illégaux passant par son territoire », a-t-il précisé dans un communiqué publié par la Maison Blanche.

Une décision immédiatement qualifiée de « désastreuse » par le Mexique. « C’est désastreux, cette menace mise en oeuvre serait très grave (…) Si cela devait arriver, nous devons réagir énergiquement », a déclaré à la presse Jesus Seade, un responsable des Affaires étrangères en charge de l’Amérique du Nord et négociateur commercial mexicain.

Donald Trump avait fait de la construction d’un mur à la frontière avec le Mexique l’une des promesses centrales de sa campagne pour la présidentielle de 2016. Le président américain accuse sans relâche l’opposition démocrate, qui contrôle depuis janvier l’une des deux chambres du Congrès, de bloquer toute initiative sur la frontière.
« Les démocrates ne veulent pas nous donner de lois, ils ne veulent pas changer les lois, ils ne veulent pas se réunir, ils ne veulent rien faire. Ils veulent avoir des frontières ouvertes, ils veulent avoir de la criminalité, ils veulent que les drogues déferlent dans notre pays », a-t-il lancé jeudi.

Débordées par l’afflux de clandestins à la frontière mexicaine (plus de 200.000 individus appréhendés en mars et avril), les autorités américaines n’ont plus les moyens de tous les maintenir en détention.

Elections européennes: La déroute de LFI dans les urnes ravive les divergences des Insoumis

jean-luc-melenchon-26-mai-2019

  • Le score de La France insoumise aux européennes (6,31%) est « très décevant » selon Jean-Luc Mélenchon.
  • Au lendemain de cette déroute électorale, le débat interne sur la ligne idéologique du mouvement est ravivé par plusieurs cadres.
  • Mais certains pointent aussi des erreurs dans la stratégie de la campagne.

Après les européennes, c’est l’heure du bilan pour les Insoumis. Leur score (6,31 %), « très décevant » selon Jean-Luc Mélenchon, ravive les divergences en interne, sur la stratégie et l’idéologie. Dès lundi, la députée LFI Clémentine Autain a attaqué « la ligne politique » du mouvement, et son fondateur. Mais les Insoumis sont divisés sur le bilan à tirer du vote de dimanche et la stratégie à adopter à l’avenir.

Clémentine Autain attribue la déroute de son mouvement dimanche à « la ligne politique ». « L’état d’esprit polémique et clivant a sans doute pris le dessus sur la mise en avant de notre vision du monde et de nos propositions. Or notre famille politique prospère quand elle s’appuie sur le ressort de l’espérance et non sur celui de la haine. », a-t-elle déclaré à L’Obs.

Ligne populiste vs. « union des gauches »

Des critiques balayées par Eric Coquerel, proche de Jean-Luc Mélenchon. « Clémentine dit que la ligne populiste, dégagiste, est trop clivante, mais d’autres disent qu’elle n’a pas été assez dégagiste », relativise-t-il auprès de 20 Minutes. « Après un échec, certains sont tentés d’accroitre les différences, en essayant de trouver une raison ». Mais pour le député de Seine-Saint-Denis, « à la base de notre mouvement, les débats ne portent pas sur la ligne qui serait trop clivante, ou trop « union des gauches » ».

Ce débat n’est en tout cas pas nouveau chez les Insoumis. A-t-il plombé la campagne ? « Il y a un problème quant à la ligne de sortie ou non de l’Union européenne pendant cette campagne », a jugé Raquel Garrido, l’ancienne porte-parole de LFI  interrogée ce mardi par la revue Regards. « Notre discours sur l’UE n’est pas facile », préfère nuancer Eric Coquerel. « On veut rompre avec cette Europe, mais on ne peut pas mentir aux gens et leur dire que le Parlement européen peut modifier les traités, c’est faux, or ce discours n’est pas de nature à mobiliser l’électorat ».

Une campagne anti-Macron dont LFI n’a pas tiré profit

D’un point de vue stratégique, les Insoumis ont présenté ce scrutin comme un référendum sur la politique d’Emmanuel Macron. « Je souhaite le battre aux Européennes. Je dis aux gens « faites de cette élection un référendum anti-Macron » », déclarait dès le mois d’octobre 2018, Jean-Luc Mélenchon sur RMC. Le mantra a rythmé les meetings : « L’objectif, c’est de dire non à l’Europe des Macron », scandait le député de la Somme François Ruffin, en meeting à Amiens le 10 avril dernier.

Mais cette stratégie n’a pas eu l’effet escompté par les Insoumis. « On avait raison de dire, il fallait le dire : le bulletin de vote va servir à sanctionner Macron, mais ça s’est traduit par un vote utile pour le RN, constate désormais Eric Coquerel. C’est vrai que ce rapport de force nous a desservis ». Pour expliquer ce score de 6 %, l’élu pointe aussi l’abstention, et l’absence d’« un socle électoral » suffisamment solide. C’est pour lui le prochain défi de La France insoumise. Cela pourrait passer par « la création d’une fédération populaire », un appel lancé il y a un mois par Jean-Luc Mélenchon dans Libération. « Il faut qu’on reparte de l’avant, en priorisant les classes populaires », résume Eric Coquerel, à propos des municipales de 2020.

 

Nantes: La boulette de LaREM Sophie Errante fait le bonheur des réseaux sociaux

la boulette errante

La députée Sophie Errante a annoncé sa candidature à l’investiture LREM à la mairie de Nantes en publiant une photo de Montpellier. — Twitter / J.Demarthon/AFP

Difficile de faire pire en matière de communication. Mercredi, la députée LREM de la dixième circonscription de Loire-Atlantique, Sophie Errante, a annoncé qu’elle briguait l’investiture de La République en marche pour l’élection municipale 2020 à Nantes. Elle est la première, au sein du parti présidentiel, à déclarer publiquement son ambition pour la Cité des ducs.

Sauf que pour illustrer son annonce, Sophie Errante, 47 ans, a choisi une photo fort mal appropriée : celle de la fontaine de la place de la Comédie à Montpellier ! Cette dernière ressemble vaguement à la fontaine de la place Royale à Nantes, d’où la méprise probable.

Les parodies se multiplient

Son tweet malheureux, repéré par Presse Océan, a rapidement été retiré. La photo sur son site Internet​ a également été changée. Mais le mal était fait, les réseaux sociaux se sont emparés de la boulette, évidemment moquée. Sur Twitter, les Internautes (dont quelques élus sans pitié) rivalisent depuis d’imagination pour parodier l’annonce de la députée. Un hashtag #JoueLaCommeErrante s’est même répandu.

Profitant du buzz, des non-Nantais se sont pris au jeu. Comme ici pour les villes de Dijon ou de Vannes, par exemple.

L’ex-députée socialiste, qui a rallié Emmanuel Macron en 2017, n’a pas commenté son entrée en matière ratée. Contrairement aux nombreuses remarques moqueuses lues sur les réseaux sociaux, Sophie Errante connaît probablement bien Nantes puisqu’elle a été maire de la Chapelle-Heulin, à 25 km de l’hôtel de ville qu’elle convoite désormais.

Mort de Théo à Hérouville 3 suspects interpellés…La piste d’une fuite en Algérie toujours étudiée

mathéo hérouville

Trois individus se sont présentés d’eux-mêmes à la police. Ils ont été placés en garde à vue et l’un a été mis en examen avant d’être écroué. Les enquêteurs cherchent à déterminer les responsabilités de chaque mis en cause dans la mort de Théo. L’adolescent a été tué d’un coup de fusil dans la nuit de vendredi à samedi vers 1 heure du matin, à Hérouville-Saint-Clair (Calvados).

L’enquête sur le meurtre du jeune Théo s’est accélérée en début de semaine lorsqu’un adolescent de 19 ans s’est présenté aux enquêteurs de la police judiciaire de Caen. Il a été placé en garde à vue. Ce mercredi, deux autres jeunes majeurs se sont à leur tour présentés aux policiers, ils ont eux aussi été placés en garde à vue.

Le premier mis en cause a été déféré au parquet et a été mis en examen pour homicide volontaire. Il a ensuite été placé en détention provisoire indique Tendance Ouest. Les deux autres suspects devraient être déférés ce jeudi et pourraient également faire l’objet d’une mise en examen.

La piste d’une fuite en Algérie toujours étudiée

Les enquêteurs savent que plusieurs individus faisaient partie du groupe qui s’en est pris à Théo P. sous le porche d’un immeuble du quartier de la Grande Delle. Les fonctionnaires auraient identifié cinq à six auteurs ayant joué un rôle dans ce meurtre. Par ailleurs, la piste de la fuite d’un ou plusieurs suspects en Algérie est toujours sérieusement étudiée par les enquêteurs. « La collaboration entre autorités judiciaires françaises et algériennes se poursuit », a indiqué la procureure de la République de Caen, Carole Étienne, au journal local.

La victime de 19 ans était accompagnée par plusieurs de ses amis lorsqu’elle a été la cible de ce coup de fusil mortel. Leurs témoignages pourraient se révéler déterminants pour la suite de l’enquête.

Tout est parti d’un mauvais regard

La procureure de la République a également évoqué les raisons qui ont conduit à l’homicide du jeune Théo : « Il semblerait que le mobile dans cette affaire soit un mauvais regard », a-t-elle déclaré à Tendance Ouest, ajoutant en avoir la quasi-certitude.

C’est aussi l’hypothèse qui a été retenue par les enquêteurs dès les premiers jours de l’enquête, la victime n’ayant en outre, aucun lien avec le milieu du trafic de drogue.

Un acte prémédité ?

La thèse d’un acte prémédité est sérieusement prise en compte par les policiers. La procureure a par ailleurs expliqué qu’il n’y avait « qu’un seul tireur ».

En garde à vue, les trois suspects ont tenu des versions contradictoires, se renvoyant chacun leur tour les responsabilités de ce meurtre.

Explosion à Lyon: Mohamed Hichem M Algérien admet avoir fait allégeance à Daesh …

ban

etat_islamique_

Alors qu’il se trouve toujours en garde à vue ce jeudi, le suspect principal dans l’explosion du colis piégé à Lyon, Hichem M., a reconnu ses liens avec le groupe terroriste État islamique (EI), auquel il a affirmé avoir prêté allégeance.

Les policiers de la DGSI ont découvert ces dernières heures de nouveaux éléments dans l’enquête sur l’attentat de Lyon ayant fait 13 blessés ce vendredi. Des contacts menant au groupe terroriste EI, ont en effet été retrouvés dans l’ordinateur de Hichem M., cet algérien de 24 ans qui se trouve toujours en garde à vue.

Interrogé sur ces contacts, le mis en cause a avoué avoir des liens avec Daesh nous indiquent plusieurs sources policières. Hichem M. a également reconnu avoir prêté allégeance au chef de l’EI, Abou Bakr al-Baghdadi.

Des déclarations qui ne laissent désormais plus aucun doute sur les intentions terroristes du jeune suspect qui avait déjà reconnu hier avoir conçu et déposé lui-même le colis piégé, rue Victor Hugo à Lyon.

De nombreux éléments à charge contre le suspect

Son ADN a par ailleurs été retrouvé à trois reprises par les enquêteurs, sur l’engin explosif qui n’a pas fonctionné correctement. Lors de la perquisition à son domicile, les policiers ont aussi découvert plusieurs éléments chimiques entrant dans la composition du TATP, ce puissant explosif qui a été utilisé pour fabriquer l’engin explosif. Le suspect avait déjà commencé à reconnaitre son implication ce mercredi face aux enquêteurs.

Les parents du suspect remis en liberté

La garde à vue de Hichem M. se poursuit et peut durer jusque demain. L’homme doit être déféré et mis en examen dans les prochaines heures.

Les gardes à vue de son petit frère, sa mère et son père ont été levées ce jeudi.

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer