L’islam en perte de vitesse dans le monde arabe…

La religion et les partis religieux sont en perte de vitesse dans le monde arabe, selon « The Economist ».

liban 1

 Non à la religion ! Non aux sectes », crient les manifestants en Irak. « Non à l’islam, non au christianisme », entonnent les protestataires au Liban. « A travers le monde arabe, nombre de citoyens se retournent contre les partis religieux et les religieux qui les ont aidés à arriver au pouvoir », constate « The Economist » en publiant des statistiques du « Arab Barometer » sur les croyances au Moyen-Orient.

« De nombreuses personnes dans ces pays semblent en outre se détourner de l’islam », écrit encore le journal. La part des personnes qui expriment leur confiance dans les partis politiques, la plupart teintés d’orientations religieuses, a chuté de plus d’un tiers depuis les printemps arabes de 2011, pour s’établir à 15 %. En Irak, ceux qui ne croient « plus du tout » dans les partis politiques représentent 78 % des personnes sondées contre 51 % il y a huit ans.

La chute de la confiance dans les partis islamistes est aussi très forte : 35 % avaient confiance en 2013, la première année où la question a été posée, 20 % en 2018. Et la suspicion concerne aussi les dirigeants religieux. En 2013, 51 % des personnes interrogées affirmaient avoir « grandement » ou « moyennement » confiance.

Aujourd’hui, ils ne sont plus que 40 %. Et l’islam politique est parallèlement en déclin. « Les dirigeants religieux sont aux yeux de nombreux citoyens perçus comme cooptés par les régimes en place. Ce qui accroît la méfiance à leur égard », note  Michael Robbins du « Arab Barometer »

Et la part des Arabes qui estiment n’avoir « aucune religion » atteint 13 %, contre 8 % en 2013. Cette méfiance, écrit « The Economist », concerne surtout les jeunes Tunisiens, Algériens et Egyptiens. Mais pas les Irakiens. Ce qui oblige aussi à examiner les statistiques avec prudence. Mais une tendance est en train de s’établir.

L’union européenne contre les Peuples Européens…

La commissaire politique Johansson veut que l’Europe accueille encore plus de migrants…

Johansson_22257883906-696x459

Les commissaires politiques nommés (et non pas élus, il faut toujours le préciser) au sein de la Commission européenne sont sans doute les acteurs qui œuvrent le plus pour la détestation de l’Union européenne et de l’idée européenne par les peuples d’Europe.

Un nouvel exemple avec la commissaire politique Johansson (cette appellation de commissaire qui rappelle encore et toujours l’Union soviétique) et le président Lambertz (du Comité des régions de l’UE) qui se manifestent à nouveau, via un communiqué lunaire (et les actions qui vont avec) invitant les pays européens à accueillir encore plus de migrants. Tout en annonçant des déblocages financiers (avec l’argent du contribuable européen), non pas pour augmenter la force chargée de ramener les migrants dans leurs pays d’origine, mais pour l’Italie et l’Espagne, « afin de soutenir les efforts de ces pays pour intégrer les nouveaux arrivants ».

Lors d’une conférence qui s’est tenue hier, la nouvelle commissaire européenne chargée des Affaires intérieures, Ylva Johansson, a ainsi fait l’éloge des villes, des communes et des villages de toute l’Union européenne qui ont accueilli des réfugiés et des migrants. Karl-Heinz Lambertz, président du Comité européen des régions, s’est félicité de ce soutien et a déclaré que la migration en Europe nécessitait « une approche plus juste, plus pragmatique et plus inclusive, qui soutienne les régions et les villes ».

Ylva Johansson a déclaré, dans une novlangue dont les tyrans qui dirigent l’UE ont le secret : « En tant que commissaire européenne, je tiens à souligner que l’un de nos objectifs à long terme est l’avènement d’une société cohésive, dont chaque membre se sente respecté et en sécurité. C’est la raison pour laquelle une bonne intégration sera l’une de mes priorités. L’intégration est fondée sur la communauté, et les communautés se construisent à partir de la base. C’est pourquoi “Go local” constitue une initiative et un événement importants ».

La Commission européenne exige un triplement du fonds principal par l’intermédiaire duquel les actions en faveur de l’intégration bénéficient d’un soutien (qui porte actuellement le nom de fonds « Asile, migration et intégration »), pour le faire passer de 3,1 milliards d’euros en 2014-20 à 10,4 milliards d’euros. « L’UE a l’intention d’acheminer l’essentiel des financements à long terme destinés à l’inclusion sociale par l’intermédiaire du futur Fonds social européen plus (FSE +) » explique le communiqué de presse des bureaucrates.

Le président Lambertz, manifestement militant du Grand remplacement en Europe, a par ailleurs déclaré, dans la même novlangue tyrannique : « Nous devons mettre un terme aux propos alarmistes, abandonner les rhétoriques populistes qui sèment la division, et travailler de manière pragmatique, juste et solidaire. Au cours de la dernière décennie, les villes et les communes d’Europe ont accueilli et aidé les réfugiés alors qu’elles traversaient une période d’austérité. L’initiative pour l’intégration continue de se développer, ce qui montre que les villages, les communes, les villes et les régions contribuent jour après jour à l’intégration des nouveaux arrivants et créent de la sorte des communautés inclusives. La présence en ce jour de la commissaire, venue dialoguer avec les régions et les villes aux premières heures de son mandat, démontre que l’Europe est non seulement à l’écoute, mais qu’elle veut également agir au niveau local. »

Si les dirigeants de l’Union européenne voulaient faire le jeu des souverainistes qui estiment que l’UE prive les peuples de tout pouvoir de décision, ils ne s’y prendraient pas mieux.

YV

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

Médecins du Monde : « Si l’Europe avait la volonté politique, elle pourrait très bien accueillir tous les migrants »…

C’est clair on s’en fout …

Médecin-du-monde-448x293

Cette année encore, Médecins du Monde dévoile une campagne à l’approche des fêtes, pour inciter le public à réaliser des dons. Imaginée par l’agence Marcel, la campagne se nomme #ONSENFOUT avec un film émouvant en noir et blanc, ponctué par la voix off du rappeur OrelSan.

[…] En cette fin d’année, l’ONG espère attirer l’attention du plus grand nombre pour récolter des dons avant la fin de l’année fiscale, période clé pour les dons.

Président de Médecins du Monde, Philippe de Botton déclare : « Le gouvernement est uniquement dans une logique d’expulsion des migrants, d’exclusion de ces personnes quelles que soient leurs situations. Femmes avec enfants, mineurs, il faut les refouler. C’est une logique très politicienne et électoraliste qui ne tient pas compte de l’humain. L’Europe se ferme sur des concepts xénophobes de peur de l’étranger ce qui est dramatique personnel politique est très responsable véhicule des idées sur l’immigration qui sont des fausses idées. Or, si l’Europe en avait la volonté politique, elle pourrait très bien accueillir les migrants. On ne dit pas que c’est simple mais des solutions existent. […] »

20 Minutes

Témoignage : « J’ai quitté les Restos du cœur car on ne servait quasiment plus que des migrants agressifs à la fin »

restos du coeur

En cette période hivernale, les Restos du cœur, comme d’autres associations de solidarité envers les plus fragiles et les plus démunis, s’activent pour fournir de la nourriture et du réconfort, un peu de chaleur humaine, à ceux qui n’ont plus rien, comme le voulait Coluche, fondateur du mouvement.

Néanmoins, le bénévolat se heurte de plus en plus à une crise. Y compris chez les Restos du cœur (70 000 bénévoles en France environ). Et pas uniquement pour des raisons de vocation.

Certains bénévoles, écœurés par la tournure que prend « l’aide sociale » en France aujourd’hui, aide sociale de plus en plus tournée vers les migrants, notamment dans les grandes métropoles, ne veulent plus aider.

C’est le cas de Louise, qui a longtemps été bénévole dans la couronne parisienne. Mais l’hiver dernier, ce fût son dernier en temps que bénévole chez les Restos du cœur (après 17 années de bons et loyaux services). Et pas en raison de sa forme physique ou de son âge (elle a 71 ans). Mais parce qu’elle explique « avoir l’impression désormais de ne plus servir la cause qu’elle voulait servir au début ». Elle nous raconte.

« La demande explose. Il y a de plus en plus de pauvreté et de misère, c’est terrible. Et depuis quelques années, on voyait de plus en plus de migrants venir chez nous. D’Asie comme d’Afrique.

Au début, on faisait face comme on pouvait, et on les aidait comme n’importe qui. Mais il y en a beaucoup trop aujourd’hui. Et pourtant, il y a beaucoup de Français pauvres aussi. Mais j’en connais qui n’osent même plus venir aux Restos du cœur, ils ont même peur parfois ».

Pourquoi peur ?

« Parce qu’au départ, quand c’était des familles, on a eu pas mal de Syriens et d’Afghans, ça allait. Mais lors des deux dernières distributions fin 2017 et fin 2018, il y a eu beaucoup plus d’Africains, ou d’Afghans seuls.

Des hommes. Agressifs. Ils exigeaient beaucoup. Je n’avais jamais vu ça. C’est comme si tout devait leur être donné. On avait parfois peur de refuser tellement ils étaient agressifs. À la fin, j’allais à la distribution la boule au ventre.

J’ai arrêté, et je suis loin d’être la seule, j’ai d’autres amies à Marseille et à Lille notamment qui ne veulent plus y retourner ».

Mais finalement, les migrants ne doivent-ils pas être traités comme n’importe quel autre public des Restos du cœur ? Louise, qui a la solidarité chevillée au corps, s’interroge :

« On ne peut pas laisser les gens mourir de faim. Mais les associations payent aussi l’inaction des politiques. Vous trouvez ça normal vous qu’il y ait autant de migrants en France ?

Ils sont trop nombreux et trop différents de nous. Ce ne sont pas les mêmes cultures, ça ne peut pas marcher. Mais ce n’est pas aux bénévoles des associations de payer les pots cassés ».

Le témoignage de Louise, qui nous a contacté pour le livrer, n’est sans doute pas unique. Les coupures de journaux ne manquent pas (voir par exemple ici, ici, ou encore ici) faisant état d’un afflux de migrants en tant que bénéficiaires des Restos du cœur. En Bretagne, la situation n’est pas encore la même (quoi qu’à Brest et à Rennes notamment, on nous a signalé beaucoup de migrants dans les associations dites de solidarité).

Au final tout de même, la population précaire européenne se retrouve plus négligée par les pouvoirs publics qui déversent des millions et des millions d’euros dans l’accueil de migrants. Une population précaire par ailleurs désormais obligée de partager sa précarité, parfois extrême, avec des populations n’ayant ni les mêmes mœurs, ni les mêmes cultures, ni les mêmes comportements.

En 2017-2018, les Restos du cœur ont distribué 130 millions de repas, grâce à 72 000 bénévoles dans plus de 2 000 centres et antennes. 860 000 personnes ont été accueillies. Les Restos ont récolté 87 millions d’euros, grâce aux dons, aux legs ou par le biais de manifestations. Ce qui n’empêche pas les caisses de ne pas être pleines eu égard à la demande toujours plus importante.

« Clairement, les autorités se déchargent sur les associations, et comptent sur la malléabilité des bénévoles qui sont tous investis pour la solidarité. C’est injuste.

La solidarité et l’aide aux pauvres ne devrait pas être aussi importante dans un pays développé comme la France.

Cela signifie que le pays va mal, très mal » conclut Louise, qui continue « différemment » d’aider les siens, et de faire le bonheur des exclus de son entourage.

« Aujourd’hui, on a plus le droit, d’avoir faim ni d’avoir froid ».

Certes. Mais on a aussi le droit d’exiger, quand on est Français, Européen, le droit de passer, sur sa terre et celle de ses ancêtres, avant les autres.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019

Île-de-France : les démocrates musulmans français annoncent huit listes aux municipales…

Citez seulement un pays musulman qui soit réellement une démocratie , en terre d’islam la démocratie est un leurre …

fouras

Ce dimanche, l’Union des démocrates musulmans français (UDMF) a présenté une partie de ses candidats pour les municipales 2020. […] Créée en 2012, cette organisation qui se veut non communautariste était déjà présente cette année aux élections européennes. […]

Pour l’heure, le mouvement, qui assure ne pas être réservé aux musulmans, affiche une quinzaine de têtes de liste sur toute la France et vise un objectif de cinquante. En région parisienne, elle en présente d’ores et déjà huit, dont deux ou trois avec des listes déjà bien remplies. […]

A Paris, Jean Préau, le secrétaire général l’UDMF qui se présente comme « musulman et petit-fils de résistant », compose une liste pour le XIVe arrondissement, et Halima Raiteb, cadre infirmier, dans le XXe. […]

La tête de liste de Clichy est Oussama Adref, administrateur réseau et président de la toute nouvelle Union des Clichois. Cette commune a connu en 2017 des prières de rues pendant de longs mois, à l’appel d’une association musulmane qui réclamait une salle de prière en centre-ville.

[…]

Le Parisien

« 50 millions d’étrangers » pour financer les retraites : Delevoye s’appuie sur un rapport de l’ONU qui évoque une migration de « remplacement »

FRANCE-POLITICS-GOVERNMENT-CABINET

Croyez vous honnêtement que toutes ces chances pour l’Europe viendraient chez nous pour payer nos retraites , non franchement ils nous prennent pour des cons…

Le Haut-Commissaire aux retraites s’appuie sur un document de l’ONU datant de 2000, et qui évoque une migration de «remplacement» pour conserver la démographie de l’Union européenne.

Jean-Paul Delevoye, occupé par la réforme des retraites et la négociation avec les syndicats, n’avait sans doute pas besoin d’une polémique de plus. Et pourtant, il n’a sans doute pas fini de s’expliquer sur cette remarque lors d’un échange vendredi 29 novembre avec des jeunes à Créteil. Le Haut-Commissaire à la réforme des retraites y a affirmé «qu’il faudra 50 millions de populations entre guillemets étrangères pour équilibrer la population active en 2050, en Europe».

Delevoye a ajouté que «plus un politique n’est capable de parler d’immigration parce que tout le monde s’hystérise». «On est dans un moment très malsain de notre démocratie où on cherche à jeter en bouc émissaire: hier c’était le juif, aujourd’hui c’est le musulman, après demain ça sera encore un autre», a jugé l’ancien ministre.

Au-delà de l’affirmation politique, d’où vient ce chiffre et pourquoi est-il critiqué?

Contacté par Le Figaro, son cabinet confirme que Jean-Paul Delevoye se base sur un rapport de l’ONU…

(…) Le Figaro

Accueillir chez vous un migrant : « Dans l’idée, oui », mais « pour ce soir, ça va être un peu compliqué… »

L’hypocrisie des biens pensants des bobos de gauche et de droite , des pro-migrants des antiracistes de tout poil , des droits de lhommistes , des partisans du vivre ensemble…etc

En théorie ils sont pour , pourquoi , faut être humain , partager…etc En pratique c’est pas possible , pas chez moi , je peux pas j’ai piscine…

Les malheureux occidentaux qui ont eu cette folie d’essayer , nombreux l’on regretté , résultats du vivre ensemble , des vols , des viols et même des crimes la plupart du temps avec des armes blanches que leurs migrants chéris affectionnent tant…

muslims