Ethiopie: Plus de 350 millions d’arbres replantés en une journée…

ethiopie-annonce-avoir-replante-plus-350-millions-arbres-journee-illustration

L’Ethiopie a annoncé avoir replanté plus de 350 millions d’arbres en une journée (illustration). — ARDEA/MARY EVANS/SIPA

Le chiffre est impressionnant : 353.633.660 arbres ont été plantés ce lundi en Ethiopie en seulement douze heures. C’est ce qu’a affirmé le pays africain, qui bat ainsi largement le précédent record détenu par l’Inde depuis deux ans (60 millions d’arbres en une journée), indique Ouest-France.

Le Premier ministre Abiy Ahmed a posté un message sur Twitter dans lequel il se félicite d’avoir « non seulement atteint, mais aussi dépassé l’objectif fixé », qui était de 200 millions d’arbres plantés en une demi-journée.

Quatre milliards d’arbres plantés d’ici l’automne

Cette journée a été organisée dans le cadre d’un vaste plan de reboisement baptisé « Héritage vert ». Celui-ci prévoit de planter quatre milliards d’arbres avant la fin du mois de septembre. Deux objectifs sont poursuivis : lutter contre le réchauffement climatique et assurer l’autonomie du pays en bois.

Selon RFI, certains experts doutent de la possibilité d’atteindre le chiffre de quatre milliards, rappelant que des campagnes de reboisement ont été lancées depuis dix ans, mais que les effets sont pour l’instant modestes. L’Ethiopie, l’un des pays les plus pauvres du monde, a déjà replanté 2,6 milliards d’arbres sur son territoire ces dernières années, selon le ministère de l’Agriculture.

Roumanie: Le ministre de l’Intérieur démissionne après plusieurs meurtres d’adolescentes…

roumain-interieur

Des manifestations ont eu lieu devant le ministère roumain de l’Intérieur. — DANIEL MIHAILESCU / AFP

Le ministre roumain de l’Intérieur Nicolae Moga a annoncé mardi sa démission après l’échec de la police à sauver une adolescente enlevée la semaine dernière et dont les appels de détresse avaient été ignorés, une affaire qui a bouleversé le pays. Un suspect arrêté samedi à Caracal (sud) a reconnu avoir séquestré, violé et tué cette adolescente, ainsi qu’une autre jeune fille qui avait été portée disparue en avril.

Alexandra, 15 ans, avait appelé trois fois jeudi le numéro d’urgence 112 pour dire qu’elle avait été enlevée et violée par un homme, donnant des indices sur le lieu où elle était séquestrée. La police avait toutefois mis douze heures pour retrouver cette maison, puis attendu l’aube avant d’y pénétrer, invoquant des contraintes légales, alors qu’il s’agissait d’une urgence ne rendant pas ces précautions nécessaires.

« Une longue série d’erreurs »

Des restes humains calcinés ainsi que des bijoux appartenant à Alexandra ont été découverts dans un fût en tôle retrouvé sur les lieux. Le propriétaire de la maison, Gheorghe Dinca, 65 ans, a été inculpé de meurtre et placé en détention provisoire pour trente jours. Il a brièvement comparu mardi devant un tribunal local, précisant qu’il ne faisait pas appel de son arrestation.

Nicolae Moga, qui était en poste depuis une semaine à peine, est le troisième haut responsable à démissionner en lien avec cette affaire, après le chef de la police, Ioan Buda, et le directeur du Service des télécommunications spéciales (STS), Ionel Vasilca. Trois chefs de la police du département d’Olt dont dépend Caracal ont également été limogés tandis que huit agents de police font l’objet d’une procédure disciplinaire pour des manquements dans leur enquête.

Le président de centre droit Klaus Iohannis a dénoncé mardi « une longue série d’erreurs » des autorités et demandé des mesures urgentes pour que de « telles tragédies puissent être évitées ».

Ecologie… Porto Rico: Des milliers de bouteilles d’eau d’aide d’urgence retrouvées dans un champ

stock d'eau porto rico

San Juan, Porto Rico | AFP | lundi 29/07/2019 – Des dizaines de milliers de bouteilles d’eau appartenant à une agence fédérale américaine et initialement destinées au secours d’urgence ont été découvertes sur les terres d’une ferme dans le nord de Porto Rico, a confirmé un porte-parole lundi. 

Sur des images aériennes prises par l’AFP, une mer d’emballages contenant ces bouteilles de l’agence fédérale américaine de gestion des urgences (Fema) peut être observée dans le champ de ce qui semble être une ferme privée d’un quartier de la ville de Dorado, à 40 kilomètres de la capitale San Juan.
Juan Antonio Rosado Reynes, porte-parole de l’agence, a confirmé à l’AFP qu’il s’agissait d’eau appartenant à la Fema, précisant seulement que la date de péremption de ces bouteilles avaient été atteintes.
« On suppose que cette eau était en voie d’être jetée et recyclée, mais maintenant elle se trouve dans une ferme de Dorado », a-t-il dit, indiquant que le département légal de l’agence était en train de procéder à des vérifications.
Le porte-parole n’était pas en mesure de dire combien de bouteilles étaient entreposées, depuis quand elles étaient là, ni pourquoi elles n’avaient pas été distribuées.
De grandes parties de l’île de Porto Rico, territoire américain, ont été dévastées par les ouragans Irma et Maria qui se sont succédés à l’été 2017.
Depuis, plusieurs scandales ont éclaté concernant des réserves de nourriture ou d’eau n’ayant pas été distribuées.
Le gouverneur de Porto Rico a annoncé sa démission la semaine dernière, après des manifestations massives provoquées par la fuite de conversations de hauts responsables locaux comportant des messages homophobes et misogynes, et sur fond d’accusation de corruption et de détournement de fonds envers son gouvernement.

États-Unis : Il nettoie le congélateur de sa mère et découvre le cadavre de sa soeur

bébé dans frigo

Adam Smith, 37 ans, a découvert un cadavre dans le congélateur de sa mère (capture vidéo KSDK)

L’homme a voulu faire du propre au domicile de sa mère décédée quelques jours auparavant. Et il y a fait une macabre découverte.

Lorsqu’Adam Smith, un américain de 37 ans, a entrepris le nettoyage du congélateur de sa défunte mère, qui venait de succomber d’un cancer, il a découvert une petite boîte qui a attiré son attention.

À l’intérieur se trouvait un cadavre de petite taille, momifié et congelé.

Une part du gâteau de mariage de ses parents

Depuis son plus jeune âge, Adam Smith avait toujours pensé que la boîte renfermait une part du gâteau de mariage de ses parents. À chaque déménagement, sa mère tenait absolument à conserver cette boîte au froid et intacte.

Le jour de la macabre découverte, le trentenaire a sorti la boîte du congélateur. Il a retiré le film plastique qui l’entourait à l’aide d’un couteau, et a découvert le petit corps.

Sa soeur Jennifer

Des souvenirs ont alors refait surface. Lorsqu’il avait 8 ou 9 ans, sa mère lui avait affirmé que son enfant le plus âgé aurait eu 21 ans ce jour-là. Elle avait ajouté que l’enfant s’appelait Jennifer.

« Elle n’a jamais voulu en parler. Je pense que dans cette boîte, c’était ma sœur » a-t-il déclaré au média KSDK. Adam Smith a accepté qu’une comparaison génétique soit effectuée entre son ADN et celui du cadavre. Une autopsie doit également être pratiquée pour connaître les raisons de la mort du nourrisson.

Enfant poussé sous un train à Francfort : l’érythréen était recherché en Suisse pour tentative d’homicide…

francfort_gare_300719

Un enfant âgé de 8 ans est mort écrasé par un train ce lundi en gare de Francfort en Allemagne. Il a été poussé sur les voies par un ressortissant érythréen âgé de 40 ans qui a été arrêté. L’homme était recherché en Suisse, où il vit.

La mère de la victime âgée de 40 ans a elle aussi été poussée sur les voies mais est parvenue à éviter le train. Son enfant de 8 ans a quant à lui été tué. Le suspect a ensuite tenté de pousser une autre femme de 78 ans a indiqué le parquet, mais cette dernière n’a pas chuté. Elle a toutefois été blessée à l’épaule.

L’auteur présumé des faits, un Érythréen de 40 ans, a pu être interpellé avec l’aide de passants alors qu’il prenait la fuite. Avant de passer à l’acte, il s’était dissimulé derrière un pilier de la gare.

Recherché pour tentative d’homicide en Suisse

Le suspect qui est marié et père de trois enfants était recherché en Suisse pour une tentative de meurtre a indiqué la police de Francfort ce mardi. Il a en effet « menacé de tuer sa voisine avec un couteau, a tenté de l’étrangler puis l’a enfermée chez elle avant de s’enfuir » a précisé Dieter Romann, le chef de la police nationale allemande, lors d’une conférence de presse.

L’homme vit dans le canton de Zurich en Suisse, depuis 2006. Il était déjà connu pour des « délits de ce genre » par la police du pays.

« Un problème psychiatrique »

La police a précisé que le suspect n’était « ni alcoolisé ni drogué » au moment des faits. Le porte-parole du parquet de l’État régional de la Hesse, a expliqué que son geste « laisse penser à un problème psychiatrique » et qu’il sera « certainement soumis à une expertise ». La police a également mentionné que le suspect avait suivi un traitement psychiatrique au cours de l’année.

L’affaire a provoqué un vif émoi dans le pays. Le ministre de l’Intérieur allemand Horst Seehofer a interrompu ses vacances, s’est rendu dans la gare de Francfort et s’est déclaré « profondément consterné » par ce crime qu’il a qualifié d’« épouvantable ».

Un drame similaire il y a une dizaine de jours en Allemagne

Le 20 juillet dernier à Voerde, dans l’ouest de l’Allemagne, un drame similaire s’est déroulé. Un homme de 28 ans a été placé en garde à vue après avoir poussé une mère de famille de 34 ans sous le train, qui est décédée. Le mis en cause avait consommé de la cocaïne au moment des faits a indiqué la police ce mardi. L’auteur présumé a été placé en détention.

Piratage: + 100 000 mots de passe piratés sur PrivateSportShop, Motoblouz et La Bécanerie

ordi

La fuite de données comporte les identités, adresses, historiques de commandes et mots de passe de plus de 100 000 internautes, la plupart français.

Vous êtes client de l’une des boutiques suivantes : PrivateSportShop, Motoblouz, La Bécanerie ? Alors il y a des chances que vos données personnelles soient actuellement en vente du côté sombre d’internet. Le service de veille du magazine Zataz, spécialisé en cyber-criminalité a repéré une fuite de données très sensibles.

Informations personnelles et mots de passe

Un pirate a mis en vente les données de 97 000 clients du site PrivateSportShop, de 2 à 6 euros l’unité. 1 400 clients de La Bécanerie et 3 200 clients de la boutique en ligne Motoblouz ont subi le même sort, selon cette même source.

Le journaliste indique avoir contacté les responsables de ces commerces en ligne, qui n’ont pas donné suite pour le moment. Si vous êtes client de ces sites, il vous est conseillé de changer de mot de passe et d’en utiliser un différent pour chaque service internet.

Argelès-sur-Mer : Du requin-renard, espèce protégée, vendu en promotion à Intermarché

argeles_300719_1

Du requin-renard vendu en promotion à l’Intermarché d’Argelès-sur-Mer a provoqué la colère d’associations. (photo Sea Shepherd France)

Des tranches de requin-renard étaient vendues en promotion à l’Intermarché d’Argelès-sur-Mer (Pyrénées-Orientales). Il s’agit d’une espèce protégée dont la pêche est interdite. Face aux vives réactions des associations de protection des animaux et même si sa vente n’est pas illégale, le supermarché a retiré ce requin de son rayon poissonnerie.

Une photo diffusée sur Twitter par l’association Sea Shepherd France a provoqué de vives réactions. On y aperçoit sur les étals de la poissonnerie de l’Intermarché d’Argelès-sur-Mer, du requin-renard en promotion à 12,50 euros le kg.

« Le requin-renard est une espèce interdite de pêche volontaire. On ne doit pas le cibler, car il est menacé et très vulnérable à la surpêche », explique l’association à France Bleu. « C’est le côté pervers de la loi de protection (…) On se retrouve avec des espèces menacées dans les poissonneries », précise Lamya Essemlali de Sea Shepherd France.

Remplacé par du thon rouge, une autre espèce menacée

Intermarché a depuis cessé la vente du requin-renard et évoque des « regrettables initiatives isolées » sur Twitter. L’enseigne a décidé de remplacer cette vente par une promotion sur du thon rouge… une autre espèce menacée par la pêche intensive.

 » Attention  » Loire : Des cigarettes empoisonnées offertes par des inconnus font plusieurs victimes ,

tabac 1

Une victime a été retrouvée en train de manger des poignées de graviers, une autre a attaqué un pompier venu la secourir. Toutes ont perdu connaissance et se sont faites dépouiller par les « généreux inconnus ».

La Direction départementale de la sécurité publique de la Loire (DDSP 42) a alerté la population locale sur les réseaux sociaux en évoquant cette nouvelle méthode de vol. Ce mardi après-midi, une cinquième victime a été recensée en moins de quatre jours.

La méthode est toujours la même : des inconnus abordent des jeunes de 16 à 20 ans pour leur offrir une cigarette empoisonnée, en tous points semblable à une cigarette industrielle. Mais après seulement deux bouffées, les victimes sont prises de malaises et pour certaines d’hallucinations. « Les victimes peuvent être soit apathiques soit dans un état de surexcitation et passer d’un état à un autre dans un laps de temps très court. », relate France Bleu. Toutes ont perdu connaissance et se sont faites voler leur smartphone.

De l’« herbe chamanique » ?

Plusieurs enquêtes sont en cours et les policiers tentent d’identifier la substance contenue dans ces cigarettes trafiquées. Malheureusement la tâche est ardue car seul un petit bout de cigarette empoisonnée a pu être recueilli pour le moment.

France Bleu avance qu’il pourrait s’agir d’« herbe chamanique », une substance qui fait des ravage à La Réunion et qui serait 400 fois plus puissante que le cannabis.

En Irak, les chrétiens et les yézidies subissent un « nettoyage ethnique »

Chaque semaine, la rédaction d’Info Chrétienne vous propose un article focus sur la situation des chrétiens dans le monde. Aujourd’hui, l’Irak.

Tim Stanley se tenait devant le Parlement britannique la semaine dernière. De retour d’Irak, dans la plaine de Ninive, l’historien et chroniqueur au Telegraph a tenu à alerter les parlementaires. Pour lui, les yézidies et les chrétiens subissent un « nettoyage ethnique » :

« Si nous ne disons pas ce qui se passe réellement dans la région, à savoir le nettoyage ethnique des chrétiens et des yézidis, nous permettons à l’État islamique et à d’autres criminels de s’en tirer à bon compte. »

Pour leur part, les experts de la Commission de la liberté religieuse internationale n’hésitent pas à parler de « génocide » :

« En outre, les minorités religieuses et ethniques que l’État islamique avait choisies pour génocide, telles que les yézidis et les chrétiens, continuent de faire face à une incertitude extrême quant au fait de savoir si les conditions leur permettraient de retourner dans leurs communautés d’origine. »

Selon leur dernier rapport, le gouvernement irakien n’a pas la « capacité d’assurer une sécurité adéquate aux minorités ethniques et religieuses vulnérables ». Si le groupe État Islamique « évite les affrontements militaires à grande échelle avec les forces irakiennes, kurdes ou internationales », il continue de mener des « attaques à petites échelles ». Pour les experts, il s’agit de préserver le groupe sur le long terme. En 2018, le rapport dénonce « au moins 75 attaques par mois en Irak ».

« En bref, l’État Islamique s’est temporairement retiré dans l’ombre, mais reste une menace grave et imminente, en particulier pour les communautés minoritaires vulnérables du nord de l’Irak, qui sont déjà la cible principale de l’intolérance violente du groupe depuis son apparition en 2014. »

Ces communautés subissent un contexte de violence et de tensions depuis plus de 15 ans. C’est, selon les experts de l’USCIRF, ce climat qui a permis la montée de l’État Islamique en 2014 :

« Et les mêmes conditions persistent en 2018 malgré la défaite du groupe en tant que force d’occupation l’année précédente. »

En terme de démographie, les populations des minorités religieuses avaient déjà été réduites de manière significative, mais le déclin s’est poursuivi dans les 4 dernières années.

« L’Irak risque particulièrement de perdre son ancienne communauté chrétienne, dont le nombre a considérablement diminué au cours des 15 dernières années. Selon les dirigeants chrétiens, il y a maintenant moins de 250 000 chrétiens en Irak, contre une estimation d’avant 2003 de 1,4 million. »

Certains chrétiens des communautés chrétiennes assyrienne et chaldéenne sont retournés dans la plaine de Ninive, notamment à Qaraqosh. Mais ce n’est pas le cas de la majorité.

« La plupart d’entre eux ne sont toutefois pas encore revenus, car l’absence d’infrastructures restaurées, les pièges de l’Etat islamique et les munitions non explosées, et les craintes persistantes d’une résurgence de l’Etat islamique ont empêché de nombreuses personnes déplacées chrétiennes de retourner à Mossoul ou dans des villages de son orbite sociale et économique. »

Autres obstacles à ce retour, la destruction des infrastructures agricoles, des puits, des cultures, qui place les communautés rurales dans une situation délicate, mais aussi la discrimination vécue par les yézidies victimes de viol par les islamistes.

« Des centaines de yézidies libérées sont désormais confrontées à un impossible choix, parce qu’elles ont porté des enfants nés d’agressions sexuelles commises par des membres du personnel de l’État Islamique pendant leur captivité. Elles font face à l’ostracisme des communautés d’origine dont les dirigeants traditionnels insistent pour pouvoir rentrer chez eux, mais leurs enfants, nés de pères génocidaires non-yézidis et potentiellement nombreux, n’auraient aucune place parmi eux. »

Ceux qui ont fait le choix du retour dans leurs terres ancestrales sont également confrontés à l’expropriation illégale, suite à leur déplacement temporaire quand ils fuyaient l’État Islamique. Plus de 300 propriétés chrétiennes sont en cours de réenregistrement auprès des autorités [NDLR : en clair, les musulmans ont exproprié les chrétiens qui fuyaient au lieu de les secourir. Et il y en a encore qui pensent que « l’islam c’est pas ça »].

Reste également le problème de la religion inscrite sur la carte d’identité, qui impose d’identifier comme musulman un enfant dont un des parents est musulman.

« Cela renforce les restrictions existantes, qui empêchent les musulmans de modifier leur identité religieuse sur leurs cartes d’identité après leur conversion vers une autre religion. Les dirigeants chrétiens ont déclaré que, dans certains cas, les familles officiellement enregistrées comme musulmanes mais pratiquant le christianisme se sont enfuies pour éviter d’enregistrer leurs enfants en tant que musulmans ou pour que leurs enfants restent sans papiers. »

Les spécialistes notent cependant quelques « tentatives de progrès » du gouvernement irakien, notamment l’instauration d’une fête nationale, le 25 décembre, « en l’honneur des chrétiens irakiens ».

Infochretienne.com

Le quotidien Présent face à la censure de Facebook

quotidien-present-facebook-censure-588x330

Par Camille Galic, journaliste, essayiste ♦ La fondation Polémia va-t-elle être exclue des réseaux sociaux pour avoir pris la défense de Génération Identitaire, elle-même virée de Facebook en mai 2018, après sa salutaire opération Defend Europ au col de l’Echelle par lequel transitent tant de clandestins ?
C’est en tout cas ce qui vient d’arriver au quotidien Présent à la suite de sa Une du 17 juillet sur « Génération persécutée » et d’un article déplorant les si lourdes réquisitions du parquet à l’encontre des jeunes Identitaires menacés de prison ferme et de l’association elle-même, sous le coup d’une amende de 75 000 euros.


La dissolution par voie judiciaire se substituant ainsi à la dissolution politique, difficilement soutenable en droit puisque, lors de l’équipée du col de l’Echelle, le procureur de Gap avait lui-même affirmé qu’aucune violence n’avait été perpétrée, les militants se contentant de remettre aux gendarmes les clandestins interceptés. N’importe ! Dès le 19 juillet, Présent recevait cet ahurissant message de la société Facebook : «Votre publication va à l’encontre de nos standards de la communauté. Ces standards de la communauté sont appliqués à l’échelle mondiale et contribuent à faire de Facebook un lieu sûr [sic] et accueillant [resic] pour tous. »

Facebook censure les Identitaires. La privatisation de la censure d’Etat est en marche

La censure totalitaire de la page Facebook de Génération Identitaire est aussi effrayante qu’éclairante. Une censure demandée par l’extrême-gauche, main dans la main avec la Licra et la Dilcrah, et appliquée par… un sarkozyste.

Pour ceux qui l’ignoreraient, le directeur de Facebook-France — qui a ainsi appliqué avec zèle la (future) loi Avia contre « la haine en ligne » alors que ce texte mettant Internet sous haute surveillance idéologique n’a été voté qu’en première lecture et n’a donc aucune valeur —, est l’énarque et ex-Sarko boy Laurent Solly. Egalement ancien directeur général de TF1 où il s’illustra en déclarant au Point en 2007 : « La réalité n’a aucune importance, il n’y a que la perception qui compte » — voir Les médias en servitude, page 63.

Ostracisme contre Présent, mobilisation pour L’Huma

Cette exclusion tombe mal pour Présent qui, privé de toute publicité, tricard des revues de presse, trop ignoré des responsables dits nationaux et mal distribué par Presstalis (ex-NMPP) et surtout par La Poste, avait trouvé dans les réseaux sociaux un ballon d’oxygène. Et surtout une manière de briser l’omerta dont il est victime bien que, fondé en 1982, il ait dépassé en longévité la légendaire Action française alors qu’ont disparu tant de titres opulents — Le Matin de Paris, J’informe, Paris-Jour, etc. C’est cette lutte de chaque jour pour tenter de survivre, et de s’améliorer, qu’évoque et explique Francis Bergeron, pilier du journal, dans son dernier livre, Présent, un défi au quotidien *.

Sait-on par exemple que le seul quotidien « national et catholique » paraissant en Europe ne compte que dix salariés dont trois journalistes professionnels à plein-temps quand L’Humanité aligne « 200 salariés dont 125 journalistes, pour 30 000 exemplaires diffusés et seulement quelques milliers de vrais lecteurs [contre 10 000 pour Présent]» et « une influence proche du néant », d’où ses « monstrueux déficits » ?

Quelque 7 millions d’euros, dont la perte provoque paradoxalement un gigantesque élan de solidarité. En janvier dernier, poursuit Bergeron, « France inter et France Info notamment ont appelé à une mobilisation de leurs auditeurs. Plus étonnant encore, des journalistes du Figaro, au nom de la pluralité de la presse, ont eux aussi tenu à marquer leur soutien au journal stalinien » alors que, « quand Présent s’est trouvé en difficulté en juin 2018, pas un seul journaliste de ce quotidien de droite ne s’était manifesté ». Et pratiquement aucune personnalité de droite non plus tandis que le directeur de L’Huma, Patrick Le Hyaric, pouvait pavoiser : « Des députés, des sénateurs de tous les groupes républicains, des journaux dont nos amis du groupe Bayard-La Croix [mais oui, avis aux lecteurs cathos !], apportent de l’argent. Des institutions, des municipalités dirigées par des maires de l’arc-en-ciel républicain installent des abonnements. »

Comment ne pas être écœuré par cet empressement au service d’un organe qui, après avoir en 1953 pris le deuil du « Grand Staline » pleuré selon lui par « tous les peuples », se fit des décennies durant le chantre des divers goulags ?

Plafond de verre et trahisons

Beaucoup des difficultés éprouvées par Présent lui sont consubstantielles depuis sa naissance, sous l’égide de Jean Madiran, de François Brigneau, d’Hughes Kéraly et de Bernard Antony : distribution aléatoire, prix jugé trop élevé, qui est aussi selon les fondateurs « le prix de la liberté », et surtout impossibilité de forcer le fameux « plafond de verre » dont se plaignent tant les immigrés, nombreux pourtant à être devenus commissaires, préfets, présidents de chambre, diplomates, directeurs d’hôpital… ou ministres. Mais c’est en 2014 que tout s’est compliqué. Face à une situation financière catastrophique, la direction d’alors songeait à déposer le bilan. Impensable pour la majorité des collaborateurs et des « Amis de Présent », qui se prononcèrent pour une nouvelle direction. D’où cascade de procès devant les Prud’hommes, certains essayant de faire jouer la clause de conscience sous prétexte que « Présent n’était plus un journal catholique », bien qu’il ait toujours gardé sa rubrique sur le saint du jour ainsi que sa page sabbatique « Dieu premier servi » et qu’il ait mené récemment une vigoureuse campagne pour le maintien en vie de Vincent Lambert.

Mais le cas le plus extravagant est celui de Bruno Fanucchi, alias Yves Brunaud, naguère journaliste salarié du Parisien et pigiste à Présent où il traitait de la politique étrangère. Aujourd’hui retraité, lui aussi a fait jouer la clause de conscience sous prétexte que le quotidien était désormais vendu au KGB, donnant pour preuve que n’avait pas été publié (mais bel et bien payé) l’un de ses réquisitoires contre Vladimir Poutine**. Las, rappelle Bergeron, la juge de première instance considérant « que l’antisoviétisme d’hier et une certaine modération de ton à l’égard de Poutine aujourd’hui constituaient un changement de ligne du journal, a donc estimé que la démission de Bruno Fanucchi, en date du 13 mars 2015, devait être considérée comme un licenciement […] ouvrant droit à des dommages et intérêts ». Présent ayant relaté le procès dans un article où le plaignant apparaissait sous sa véritable identité, l’avocat de Bruno Fanucchi a fait savoir que « cette révélation était“de nature à nuire à sa réputation personnelle et professionnelle” » de son client et menacé d’un nouveau procès. « Autrement dit, l’auteur, nous pouvons être attaqués, et condamnés, mais il nous est sommé de ne pas écrire par qui et pour quoi nous sommes attaqués et condamnés ! »

Regarder malgré tout vers l’avenir

Plaie d’argent n’est pas mortelle, dit-on, mais pour une équipe aussi restreinte, elle est insupportable car porteuse d’angoisse, dévoreuse de temps et d’énergie. Pour autant, le quotidien national ne baisse pas les bras. Après changement d’imprimeur et passage à la couleur (ce que je regrette personnellement), il a, comme le rappelle Bergeron, doublé sa pagination, augmenté le nombre de ses pigistes correspondants à l’étranger ou rubricards, attiré des bénévoles pour renforcer l’équipe. De trimestriels, ses hors-série (le dernier, daté de juillet-août, est consacré aux polars de droite) sont devenus bimestriels, des synergies ont été créées avec d’autres publications ainsi qu’un Prix des lecteurs de Présent — décerné en janvier à Jean-Marie Le Pen pour ses Mémoires.

Malgré l’actuelle dictature (d’ailleurs favorisée par l’Education nationale, avec les résultats désastreux qu’on sait) du tout-écran au détriment de l’écrit, malgré la rigueur des temps qui fait de l’achat d’un journal un luxe, malgré enfin le mauvais coup porté par Facebook, le « défi » sera-t-il gagné ? Adepte de l’adage « Aide-toi, le Ciel t’aidera », Francis Bergeron qui, dès 1982 participa, ainsi que la caricaturiste Chard, à « l’aventure de Présent », en est convaincu.

Camille Gallic
29/07/2019

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer