Bas les masques ! Greta Thunberg avoue : son vrai but c’est une offensive raciste contre les Européens…

greta-thunberg-antifa

« L’action pour la climat doit être puissante et de grande envergure. Après tout, la crise climatique ne concerne pas seulement l’environnement. C’est une crise des droits de l’homme, de la justice et de la volonté politique. Ce sont les systèmes coloniaux, racistes et patriarcaux d’oppression qui l’ont créée et alimentée. Nous devons tous les démanteler. Nos dirigeants politiques ne peuvent plus se dérober à leurs responsabilités. » (Greta Thunberg)

.

Le dernier article de Greta Thunberg montre que le vrai but de l’activisme écologiste n’est pas le climat, encore moins la pollution, mais bien une offensive sur les Européens.

Les nations européennes, celles qui sont en Europe et celles qui ont été fondées par des Européens (Canada, Etats-Unis, Australie, Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud) constituent les principales menaces immédiates face au Nouvel Ordre Mondial voulu par les mondialistes et donc celles qu’il faut faire disparaître par dissolution de leur histoire, de leur énergie, de leur intelligence, de leur identité et de leur volonté.

.

Pour cela, il faut les culpabiliser, les faire se repentir, les rabaisser continuellement afin qu’ils se sentent coupables de tous les maux de la Terre.

Il faut amener les Blancs à ne plus se reproduire pour sauver la planète.

Mais il faut aussi les forcer coûte que coûte à continuer à aider à coups de dizaines de milliards les Africains qui eux se reproduisent à une vitesse alarmante, mais aussi à les accueillir par millions dans nos pays, ce qui nous coûte encore des milliards.

Delevoye (= Macron) parle de 50 millions d’extra-européens à accueillir en Europe d’ici 20 ans, soi-disant pour payer les retraites, alors que les immigrés extra-européens, loin d’être une force motrice pour nos économies et nos sociétés, se révèlent en moyenne des boulets économiques et sociaux.

«L’impact positif de l’immigration sur le financement des retraites n’a jamais été démontré» (Yves Mamou)

La délinquance coûte 5,6% du PIB (2010)

Classement PISA : les élèves immigrés ont des résultats « nettement inférieurs » à ceux des élèves allemands de souche

.

Laurent et Émilie ont toujours cru que l’immigration était une chance pour la France, mais pour payer les allocs de Boubakar et de sa smala, Laurent et Émilie verront une réduction drastique de leur retraite. Pas sûr que Laurent et Émilie aient fait le rapprochement.

Suisse : Le National coupe dans les dépenses d’asile aux migrants…

suisse 1

Avec l’aval d’Ueli Maurer, les députés ont tacitement accepté de réduire de 27 millions de francs les frais d’exploitation des centres fédéraux pour requérants d’asile. Ils ont également soutenu une coupe de 12,8 millions de francs dans les prestations d’aide sociale destinées aux requérants d’asile, aux étrangers admis à titre provisoire et aux réfugiés.

Le Secrétariat d’Etat aux migrations doit tenir compte de la baisse des demandes d’asile attendue en 2020, a expliqué Jacques Nicolet (UDC/VD) au nom de la commission. Ils ont par contre refusé, par 106 voix contre 84, de toucher au budget alloué à l’aide au développement. Peter Keller (UDC/NW) aurait voulu réduire de 10 millions de francs l’enveloppe pour la coopération internationale au développement.

Soutenue par le PVL, le PS et les Verts, Barabara Gysi (PS/SG) a plaidé en vain pour un supplément de 131,5 millions de francs. Mattea Meyer (PS/ZH) a rappelé mercredi que le Parlement a lui même décidé en 2011 d’investir 0,5% du PIB pour le développement à la coopération.

La Suisse a doublé sa contribution pour les pays en voie de développement ces dix dernières années, a pour sa part rappelé Albert Vitali (PLR/LU). Heinz Siegenthaler (PBD/BE) ne voit aucune raison d’augmenter ou de réduire le budget.

L’union européenne contre les Peuples Européens…

La commissaire politique Johansson veut que l’Europe accueille encore plus de migrants…

Johansson_22257883906-696x459

Les commissaires politiques nommés (et non pas élus, il faut toujours le préciser) au sein de la Commission européenne sont sans doute les acteurs qui œuvrent le plus pour la détestation de l’Union européenne et de l’idée européenne par les peuples d’Europe.

Un nouvel exemple avec la commissaire politique Johansson (cette appellation de commissaire qui rappelle encore et toujours l’Union soviétique) et le président Lambertz (du Comité des régions de l’UE) qui se manifestent à nouveau, via un communiqué lunaire (et les actions qui vont avec) invitant les pays européens à accueillir encore plus de migrants. Tout en annonçant des déblocages financiers (avec l’argent du contribuable européen), non pas pour augmenter la force chargée de ramener les migrants dans leurs pays d’origine, mais pour l’Italie et l’Espagne, « afin de soutenir les efforts de ces pays pour intégrer les nouveaux arrivants ».

Lors d’une conférence qui s’est tenue hier, la nouvelle commissaire européenne chargée des Affaires intérieures, Ylva Johansson, a ainsi fait l’éloge des villes, des communes et des villages de toute l’Union européenne qui ont accueilli des réfugiés et des migrants. Karl-Heinz Lambertz, président du Comité européen des régions, s’est félicité de ce soutien et a déclaré que la migration en Europe nécessitait « une approche plus juste, plus pragmatique et plus inclusive, qui soutienne les régions et les villes ».

Ylva Johansson a déclaré, dans une novlangue dont les tyrans qui dirigent l’UE ont le secret : « En tant que commissaire européenne, je tiens à souligner que l’un de nos objectifs à long terme est l’avènement d’une société cohésive, dont chaque membre se sente respecté et en sécurité. C’est la raison pour laquelle une bonne intégration sera l’une de mes priorités. L’intégration est fondée sur la communauté, et les communautés se construisent à partir de la base. C’est pourquoi “Go local” constitue une initiative et un événement importants ».

La Commission européenne exige un triplement du fonds principal par l’intermédiaire duquel les actions en faveur de l’intégration bénéficient d’un soutien (qui porte actuellement le nom de fonds « Asile, migration et intégration »), pour le faire passer de 3,1 milliards d’euros en 2014-20 à 10,4 milliards d’euros. « L’UE a l’intention d’acheminer l’essentiel des financements à long terme destinés à l’inclusion sociale par l’intermédiaire du futur Fonds social européen plus (FSE +) » explique le communiqué de presse des bureaucrates.

Le président Lambertz, manifestement militant du Grand remplacement en Europe, a par ailleurs déclaré, dans la même novlangue tyrannique : « Nous devons mettre un terme aux propos alarmistes, abandonner les rhétoriques populistes qui sèment la division, et travailler de manière pragmatique, juste et solidaire. Au cours de la dernière décennie, les villes et les communes d’Europe ont accueilli et aidé les réfugiés alors qu’elles traversaient une période d’austérité. L’initiative pour l’intégration continue de se développer, ce qui montre que les villages, les communes, les villes et les régions contribuent jour après jour à l’intégration des nouveaux arrivants et créent de la sorte des communautés inclusives. La présence en ce jour de la commissaire, venue dialoguer avec les régions et les villes aux premières heures de son mandat, démontre que l’Europe est non seulement à l’écoute, mais qu’elle veut également agir au niveau local. »

Si les dirigeants de l’Union européenne voulaient faire le jeu des souverainistes qui estiment que l’UE prive les peuples de tout pouvoir de décision, ils ne s’y prendraient pas mieux.

YV

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

« Notre pays attire les Black Blocs ( casseurs , gauchistes …) étrangers car ils s’y savent en toute impunité ! » comme les BB français…

langlois

Alexandre Langlois, syndicaliste policier, réagit à la venue annoncée de 1.000 casseurs à la manif de ce 5 décembre : « Cela décourage les gens de venir manifester. » Il fait le point sur les moyens mobilisés par la préfecture de police et s’inquiète de la stratégie du préfet Lallement.

La manifestation intersyndicale prévue jeudi aura bien lieu à Paris. Elle fait partie des 245 points de manifestations recensés par le ministère de l’Intérieur. Le préfet de police de Paris annonce la venue de 1.000 casseurs. Ces casseurs pourront-ils être neutralisés avant qu’ils ne commettent les violences dont on les accuse d’avance ?

Le syndicat VIGI préconise d’interpeller toutes ces personnes et de leur interdire l’accès à la manifestation avant qu’elles commettent des dommages. Sur les manifestations, comme celles des gilets jaunes, de la loi Travail ou encore de la Manif pour tous, des gens viennent désorganiser les manifestations et ne sont quasiment jamais interpellés.
On se demande ce que M. Lallement entend par casseurs. S’il considère qu’une dame de 60 ans qui n’est pas dans le même camp que lui est une casseuse, alors il va y avoir de nombreux casseurs. Si ce sont réellement des casseurs tels les Black Blocs, qui viennent commettre des actions criminelles et délictuelles pour de vrai, on retrouve toujours un noyau dur de 300 à 400 personnes sur les grosses manifestations parisiennes, connues des services de renseignement.
Des personnes viennent toujours profiter de ces manifestations pour se déguiser en noir et se donner une dose d’adrénaline. Par conséquent, on trouve tout et n’importe qui dans ce Black Bloc.
Notre pays attire les Black Blocs étrangers pour la simple et bonne raison qu’ils peuvent agir en toute impunité chez nous. Ce phénomène peut aussi gonfler les chiffres.
Sur le mouvement des gilets jaunes, il a été possible de faire des interpellations préventives pour des motifs divers et variés. On aimerait que le préfet de police Lallement applique la même sévérité pour des personnes qui causent réellement des dommages et des destructions.

Comment explique-t-on cette impression d’impunité de ces militants d’extrême gauche ?

Je ne donnerais pas d’étiquette politique. On ne sait toujours pas qui est derrière ces Black Blocs. Par rapport au Code pénal, j’ai juste parlé de criminels et de délinquants. Chacun fera son analyse. Ces personnes-là peuvent agir en toute impunité à chaque fois. Nos collègues sur le terrain n’ont pas ordre de les interpeller quand ils se présentent devant eux. Depuis plusieurs années, quand les CRS, les policiers et les gendarmes mobiles ont enfin l’ordre d’intervenir, ces personnes lâches s’enfuient très rapidement et laissent les manifestants prendre les coups à leur place. Par conséquent, les gens n’ont plus envie de manifester, craignant pour leur sécurité.
25 personnes ont été mutilées depuis le début du mouvement des gilets jaunes. C’est quand même un record, en France, pour des gens qui n’ont rien fait. Si ces gens commettaient des agressions, jetaient de l’acide ou des pavés, ce serait dans le cadre de la légitime défense. Mais dans ce cas précis, ces gens n’ont rien fait. En revanche, cela permet de faire de « jolies images ».
Lors d’un acte des gilets jaunes sur la place de la République, trente délinquants avaient crié aux policiers « Suicidez-vous ». Mes collègues sur place m’ont témoigné qu’ils n’avaient pas eu l’ordre de les interpeller. Autant il est idiot de traiter ces personnes par du maintien de l’ordre, autant, dans une opération de police judiciaire, c’est très efficace. Qui sont ces personnes ? Pourquoi ne les interpelle-t-on pas ? Seules les personnes dans la salle de commandement ont ces réponses.
Ce soir-là, M. Castaner avait déclaré « Je vais tout mettre en œuvre pour retrouver ces personnes ». Les services de police judiciaires sont déjà submergés de travail pour qu’on leur rajoute le travail qui aurait dû être fait en cinq minutes l’après-midi. On donne dans la posture politique et la communication politique. En revanche, d’un point de vue opérationnel, on frôle le niveau zéro. Cela aggrave même la situation et complique le travail des policiers sur le terrain.

La préfecture prend-elle cette manifestation au sérieux ? A-t-on une idée des effectifs qui seront déployés jeudi ?

La préfecture de police prend cette manifestation très au sérieux. Si le préfet de police obtient gain de cause, 55 unités de gendarmes mobiles et CRS seront sous ses ordres. Cela fait quasiment la moitié des forces disponibles sur le territoire. Au début, il en voulait la moitié, mais on lui a dit qu’il n’y avait pas uniquement Paris en France. Six canons à eau seront déployés, dont deux de la préfecture de police et ceux des compagnies de CRS. Beaucoup de matériel sera déployé. Les unités vont être déployées, mais la vraie question est de savoir comment elles vont être utilisées.
Certains de nos collègues sur le terrain sont très professionnels, mais encore faut-il qu’ils soient dirigés de façon cohérente par des professionnels.
Le préfet de police Lallement a dit qu’il serait lui-même dans la salle de commandement et qu’il contrôlerait tout par l’intermédiaire des caméras de surveillance et des caméras tactiques, et qu’il donnerait lui-même les ordres. Vu ce qui s’est passé sur ses précédentes opérations de maintien de l’ordre, on peut craindre le pire, non pas parce que mes collègues ne sont pas bons sur le terrain, mais parce qu’ils sont mal dirigés.

Source : http://bvoltaire.fr

7 français sur dix soutiennent la grève générale le 5 décembre et veulent le retrait de la réforme des retraites

ignace_gilets_rouges_pas_de_manif_peu_nombreux-mpi

c’est l’enseignement d’un sondage Odoxa réalisé les 27 et 28 novembre pour le Figaro et France Info

Dans le détail, 67% des français ont compris que la grève générale qui démarre le 5 décembre est une “mobilisation contre la réforme de l’ensemble du système de retraites”.

66% trouve le mouvement justifié, et le régime Macron est ultra minoritaire avec seulement 12% qui trouve le mouvement pas du tout justifié. C’est 10 points de soutien en plus à la grève en 1 mois par rapport à la précédente enquête d’opinion menée par ODOXA

Dans l’opinion la propagande gouvernementale ne mord plus. Alors qu’il y a un an 75% des français se déclaraient plutôt favorables à un alignement des régimes de retraites du public et du privé et donc à la fin des régimes spéciaux de retraites de la fonction publique, ils sont 10 points de moins en ce mois de décembre 2019. Au passage on remarquera la question malhonnête de l’institut de sondage car il n’existe pas de régime spécial dans la fonction publique, qui relève non de caisse de retraite mais du code des pensions civiles et militaires

Le sondage révèle aussi une appréciation très négative de la CFDT.

Un autre sondage, menée par l’IFOP aux mêmes dates indique que :

  • 64% ne font pas confiance à Macron et au gouvernement Philippe pour réformer le système de retraites français. Le taux de ceux qui font pas du tout confiance (35%) est même 6 fois supérieur à celui de ceux qui font tout à fait confiance (seulement 9%).
  • moins d’un français sur trois est opposé ou hostile au mouvement de grève et la moitié le soutien ouvertement

Un sondage Elabe montre lui que 73% des français pensent et sans doute espèrent donc que la journée du 5 décembre sera le début d’un mouvement social de grande ampleur. Un chiffre en hausse de 5 points.

Ils sont d’ailleurs 7 sur dix à avoir compris que la phase de concertation mise en scène par l’exécutif “ne sera pas prise en compte et que tout est déjà décidé”. Pas dupe les travailleurs de France.

Les français sont d’ailleurs deux fois plus nombreux à estimer c’est le gouvernement qui porte la responsabilité du conflit et non les syndicats plutôt que l’inverse.

les sondages de l’IFOP et de Elabe montrent que la seule catégorie à ne pas soutenir majoritairement la gréve générale sont les retraités. Sans doute que la propagande gouvernementale les a convaincu qu’ils ne seraient pas touchés ! Comme si le système de retraite à points n’allait pas immédiatement leur être appliqué dès lors que la réforme passerait pour les actifs avec pour effet immédiat une baisse des pensions. Ils devraient méditer l’exemple suédois où les retraites par points c’est la baisse généralisée des pensions. Cela montre que pour renforcer la mobilisation de l’opinion publique, déjà majoritairement en soutient du mouvement de grève général, les syndicats doivent sans contestent s’adresser également aux travailleurs en retraites au delà des seuls salariés en activité.

Île-de-France : les démocrates musulmans français annoncent huit listes aux municipales…

Citez seulement un pays musulman qui soit réellement une démocratie , en terre d’islam la démocratie est un leurre …

fouras

Ce dimanche, l’Union des démocrates musulmans français (UDMF) a présenté une partie de ses candidats pour les municipales 2020. […] Créée en 2012, cette organisation qui se veut non communautariste était déjà présente cette année aux élections européennes. […]

Pour l’heure, le mouvement, qui assure ne pas être réservé aux musulmans, affiche une quinzaine de têtes de liste sur toute la France et vise un objectif de cinquante. En région parisienne, elle en présente d’ores et déjà huit, dont deux ou trois avec des listes déjà bien remplies. […]

A Paris, Jean Préau, le secrétaire général l’UDMF qui se présente comme « musulman et petit-fils de résistant », compose une liste pour le XIVe arrondissement, et Halima Raiteb, cadre infirmier, dans le XXe. […]

La tête de liste de Clichy est Oussama Adref, administrateur réseau et président de la toute nouvelle Union des Clichois. Cette commune a connu en 2017 des prières de rues pendant de longs mois, à l’appel d’une association musulmane qui réclamait une salle de prière en centre-ville.

[…]

Le Parisien

Si l’immigration ne ruinait pas le pays, tous les Français auraient des retraites décentes…

ou-faire-economies-2

« D’après le freluquet élyséen, ceux qui manifesteront le 5 décembre prochain contre la future réforme des retraites seront ceux qui veulent défendre les « régimes spéciaux ».

On voit tout de suite la manœuvre : diviser pour dresser les salariés les uns contre les autres et imposer ainsi sa réforme malfaisante. Mais y a-t-il encore des esprits faibles  pour croire qu’ils auront plus parce que certains auront moins ?

Réfléchissons : les retraites indues payées à des étrangers hors territoire se montent à 1 milliard d’euros par an… (1)

… et celles données exagérément aux élus de toutes sortes (sénateurs, députés, anciens Présidents et ministres, élus territoriaux et autres pantouflards à la Ségolène Royal ou à l’un quelconque des préfets sans affectation…) dépassent les 3 milliards annuels !

Les 3 régimes spéciaux de la SNCF, de la RATP et de l’IEG imposent à l’État une contribution publique de 5,5 milliards par an, car les cotisations des salariés ne représentent que 36 % du financement à la SNCF, 46 % à la RAT, et 68 % aux IEG.

On voit aisément que la suppression des retraites-prébendes évoquées plus haut comblerait, à elle seule, la quasi-totalité  du déficit qui permet au freluquet élyséen de diviser les salariés en opposant ceux qui seraient « nantis » à ceux qui ne le seraient pas, comme si les vrais nantis n’étaient pas les actionnaires du CAC 40 qui, en 2016, ont reçu  55,7 milliards, 50,9 en 2017 et 57,4 en 2018 (2019 sera encore plus juteuse !) (source : « Les Échos »).

Sans aller jusqu’à lister l’ensemble des anomalies liées au paiement des retraites actuelles (il faudrait quand même mettre tout « à plat » avant de réformer bêtement) ni recenser les gisements d’économies à faire dans la gestion de l’État ou le gaspillage éhonté des ressources publiques, remarquons qu’il est un domaine dont l’assainissement permettrait de régler le déficit cumulé attendu du système de « retraite par répartition » (17 milliards d’ici à 2025 -2 ).

C’est celui de l’immigration de masse dont on ne répétera jamais assez qu’elle ruine la France et les Français (3) et dont il est bon de s’imprégner d’exemples significatifs pour bien se rendre compte qu’on pourrait économiser là de quoi maintenir notre système actuel de retraites (même s’il pourrait être rendu plus juste et plus conforme  à l’allongement actuel de l’espérance de vie).

L’immigration du droit d’asile : 140 000 demandeurs en 2019 pour un coût de 5 milliards d’euros… et la certitude que 90 % resteront dans notre pays après avoir été déboutés de leur demande… Pour vivre avec quoi ?

Les migrants mineurs (les prétendus mineurs, dirons-nous plus justement) : c’est un coût de 50 000 euros par bonhomme, soit 4 milliards pour les 80 000 de 2018.

L’immigration légale ? C’étaient, selon l’OCDE, 259 000 personnes en 2017 dont 11,6 % seulement pour raison de travail… Coût des autres ? Et pour quoi faire, sinon se gaver de notre assistanat social, aggraver la délinquance et l’insécurité de nos quartiers, nous imposer leur religion mortifère, séparatiste, aliénante, et leur « culture » obsolète ? (4)

De combien grèvent nos différents budgets les 400 à 800 000 « illégaux » (par définition,  non évaluables !) qui pourrissent nos villes et cités et font exploser  tous les chiffres de tous les délits et autres aspects du travail illégal ?

Avant de ruiner nos finances en accueillant, sans besoin aucun, tout ce que la planète compte d’inutiles, voire d’acculturés ou de délinquants et terroristes en puissance, ne pourrait-on pas consacrer cet argent à maintenir les ressources de travailleurs qui ont largement cotisé toute leur vie et qui méritent pleinement, en fonction du statut de leurs différents emplois, la pension de retraite (et de réversion) qu’ils perçoivent ? […]

Qu’on ne voit pas là la moindre soumission à l’appel des syndicats pour le 5 décembre prochain : les lecteurs de RL savent « tout le bien » que je porte au stalino-compatible de la CGT (5), symbole de ces syndicats qui depuis 40 ans trahissent ceux qu’ils sont censés défendre…

Non, il s’agit seulement de montrer que la réforme des retraites initiée par le freluquet élyséen n’est que l’application des décisions européennes prises à Barcelone en 2002 (par Chirac et Jospin réunis…) et destinées à tuer la retraite par répartition pour imposer les retraites à points, facilement compressibles ensuite pour les réduire à des portions de plus en plus congrues, et pour impulser les « capitalisations » propices à l’enrichissement d’organismes privés acoquinés à la Bourse.

S’il y a un point qui, à côté de la question de l’allongement de l’espérance de vie, concerne la base de la retraite actuelle par répartition, c’est bien celui du rapport entre population active et population retraitée…

Et là nous touchons à la question du chômage endémique organisé par les oligarchies financières pour tuer la valeur-travail et les conditions de travail, et à celle de la main-d’œuvre immigrée, appelée en masse par ces mêmes oligarchies pour « écraser » les travailleurs et les populations autochtones.

Les flux d’immigrés accueillis sont essentiellement incultes et sans formation, ils ne viennent que pour des emplois non qualifiés le plus souvent, leur grande masse ne travaille pas (ou trop souvent « au black »…), ils aggravent les tares de l’économie illégale et  la délinquance au quotidien : quel imbécile peut croire que ces gens-là vont « payer nos retraites » ?

Effacer l’assistanat social pour inciter à l’occupation d’emplois par les  Français, mobiliser les 32 milliards annuels de la « formation continue » pour former les Français aux emplois qualifiés d’aujourd’hui et de demain (6), voilà des pistes pour accroître la population active et rééquilibrer les comptes…

Et cela ne dépend que d’une volonté politique des dirigeants… D’accord : ce ne sera pas Macron… ni même Mélenchon, Jadot ou Baroin… ou Martinez !!!

Alors ?

Arrêter l’immigration… alléger les dépenses de fonctionnement de l’État… resserrer les budgets publics… réduire drastiquement l’assistanat social… organiser la formation professionnelle de manière intense en fonction des besoins à venir… organiser la protection de notre appareil de production et développer le « patriotisme économique »…

C’est un projet politique global qui permettra de maintenir le système de retraite actuel, d’effacer son déficit, de le conforter…

C’est un projet politique global à l’opposé de ce que veut l’Europe de Maastricht et des autres traités.

Que ceux qui vont faire grève, manifester, se révolter le 5 décembre prochain y pensent sérieusement… et interpellent vigoureusement ceux qui prétendent parler en leur nom et les conduire ! »

Jean des Entamures